Feux du solstice d'été, sur les traces du passé [Partie 3]

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Feux du solstice d'été, sur les traces du passé [Partie 3]

Message  Danae le Mer 4 Juil - 18:54

La voix de Maëlle grinça aux oreilles de la rouquine, l'écart de son la faisant sursauter en comparaison de sa propre tonalité devenue presque musicale. Elle coula un nouveau regard inquiet vers elle, la peur au ventre de lui en faire subir trop, d'atteindre le bout de sa résistance.
Elle-même ne se sentait pas au mieux de sa forme, et elle avait fait de son mieux pour en épargner le plus possible à la brunette, mais elle ignorait tout de sa capacité à endurer ce genre de choses, et elle s'inquiétait toujours de son état suite à sa grave blessure au dos.
Elle avait fait son choix, et sans qu'elle veuille se l'avouer, Danaé était rassurée de savoir qu'elle voulait rester à ses côtés.
Les pensées de la jeune brune défilèrent dans la tête de la rouquine et elle fronça imperceptiblement les sourcils, intriguée. Doucement, elle porta la main de sa douce à ses lèvres et y déposa un baiser picotant de l'énergie qui parcourait encore légèrement la surface de sa peau.


- Merci...

Elle avança résolument à travers les deux piliers de pierre et franchit le miroitement qui s'y trouvait emprisonné, prenant bien garde à faire passer Maëlle en même temps qu'elle.
Une fois de l'autre côté, elle écarquilla les yeux, rendant son regard encore plus irréel qu'il ne l'était déjà.

A la place du grand brasier il y avait une petite source entourée d'une mare d'eau peu étendue. Des rochers trônaient en son centre et de l'eau s'en écoulait, fluide, et venait s'ajouter à la petite mare.
Les sièges fabriqués par Dewenn étaient restés les mêmes en revanche, tandis que vus de ce côtés-ci du cercle, les arbres de la forêt environnante avaient pris un aspect plus onirique, noueux, torturés, avec des espèces de flocons duveteux bleu clair en guise de feuilles.

L'herbe sous leurs pieds était plus foncée, presque violette, parsemée ici et là de quelques fleurs blanches inconnues, avec une tâche rouge en leur coeur.
Un silence profond régnait de ce côté, pas un bruit d'animal ou de vent.

Dewenn entra à leur suite et lança un regard appréciateur sur le lieu.


- Joli... Je n'en attendais pas autant pour une première fois Eilathèn... Ils ne mentaient pas sur ton potentiel...

La rouquine se retourna vers son grand-père et eut un mouvement de recul. Son aspect physique avait changé, il paraissait un peu plus jeune, ses cheveux et sa barbe n'étaient plus blancs mais d'un noir intense, ponctués de quelques mèches grises. Il avait l'air encore plus robuste et fort qu'avant, il y avait une majesté peu commune dans sa posture et ses attitudes. Même s'il lui était extrêmement antipathique au quotidien, elle dut reconnaître qu'il était beau en cet instant, et empli d'assurance. Sa présence la rassurait presque.
Devant son regard surpris il éclata d'un rire franc et fort :


- Eh oui, dans ce "monde" là on apparaît tel que l'on est réellement en soi. C'est l'âme qui est révélée. L'âme à l'instant présent bien évidemment, car elle évolue au fur et à mesure de nôtre vie. Je suis déjà venu auparavant dans une enclave de ce genre, et j'avais l'air d'un jouvenceau... Mais j'étais plus jeune que toi à l'époque.
Regarde ton amie, elle aussi est différente, et si tu vas te voir dans la mare, tu constateras que dans quelques années des hommes se damneront pour un seul de tes regards. A vos âges, vous n'êtes ici que l'image du futur.


Danaé tourna lentement la tête vers Maëlle et son coeur manqua un battement. A ses côtés se tenait une jeune femme d'une vingtaine d'années, belle à couper le souffle. Ses longs cheveux noirs cascadaient jusqu'aux creux de ses reins, ses yeux au regard effrayé et aux longs cils mangeaient un visage doux aux lèvres pleines et rouges. Elle n'essaya même pas de s'empêcher d'y poser les siennes en un baiser plein de promesses qui se voulait rassurant :

- Tu es magnifique Maëlle... Tu vas... Tu vas... Tous les hommes vont te poursuivre de leurs avances d'ici quelques années...

Elle mordilla ses lèvres, un peu inquiète tout de même à cette idée.

Sans lâcher sa main, elle s'approcha de la petite étendue d'eau et eut un nouveau sursaut de surprise devant son reflet.
Outre ses yeux devenus si clairs sous l'influence de la magie qu'ils en étaient presque luminescents, son visage lui parut plus mûr. Elle aussi voyait une jeune femme d'une vingtaine d'années à la chevelure flamboyante cascadant sur ses épaules, jusqu'à mi-dos. Ses traits semblaient un peu plus affirmés : deux grands yeux verts, le même nez mutin, les lèvres gourmandes et roses, la peau claire. Elle passa sa main libre sur son visage pour s'assurer qu'elle ne rêvait pas.

Dewenn s'éclaircit la voix, mettant fin à ces observations muettes :

- Puisque tu es près de la source, profites-en pour y entrer. Avant d'invoquer les disparus il faut te purifier. Ça va être un exercice compliqué sans lâcher Maëlle... Mais je ne doute pas que tu y arriveras.

Danaé déglutit bruyamment. Certes la source était petite et peu profonde, mais c'était tout de même plus grand qu'un baquet pour se baigner, et l'eau paraissait sombre, froide, immobile... Sa peur de l'eau inexpliquée était toujours là, tenace, présente.
Elle posa néanmoins un premier pied dans l'onde, frissonnant de peur autant que de froid. La différence de température était saisissante entre sa peau brûlante et l'eau fraîche. Serrant les dents, elle avança le deuxième pied et marcha vers le centre et la source, forçant la brunette accrochée à sa main à faire deux petits pas dans l'eau.
Le dénivelé était important, Maëlle avait de l'eau aux chevilles tandis qu'elle en avait à mi cuisses en se trouvant au centre exact, devant le petit amas rocheux.


- Maintenant, recueille de l'eau dans ta main en coupe et bois-là.

La rouquine s'exécuta. L'eau passant à travers son corps la fit frissonner de plus belle, contact glacé au coeur même de sa propre fournaise.

- Ressens le froid de la mort qui passe en toi, imprègnes-en toi, l'étape est nécessaire, cette eau est celle qui nous relie tous.
Maintenant, à genoux, tu dois être immergée jusqu'au dessus de la poitrine pour que le froid te gagne. Ça n'est pas sans danger... Tu peux rester prisonnière à terme, mais je saurai bien t'en tirer, et ta mère sera là.


Refusant en bloc la peur qui menaçait de la tétaniser, Danaé ploya les genoux d'un seul coup et les posa sur le fond de l'eau. Elle eut le souffle coupé par la violence du refroidissement et sentit tous ses membres devenir froids comme la glace. Le feu qui la dévorait depuis le début de la journée venait définitivement de mourir.
Un gémissement angoissé raisonna à ses oreilles, avant qu'elle prenne conscience qu'il s'échappait de ses lèvres et qu'elle y mette fin.
Lentement, elle se releva et sortit de l'eau, la tunique vaporeuse moulant désormais de manière provocante ses formes avantageuses. La main de Maëlle ne lui semblait plus fraîche désormais, mais bouillante, en comparaison du froid qui l'habitait toute entière.


- C'est f...froid... J...J'ai d..du m...mal à res...pirer Tamaryn...

A nouveau son regard chercha celui de Maëlle, en quête du moindre soupçon de peur dans ses yeux, en quête de réconfort aussi.
avatar
Danae
Admin

Messages : 118
Date d'inscription : 23/05/2012
Localisation : Dans la forêt des Quatre Temps...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Feux du solstice d'été, sur les traces du passé [Partie 3]

Message  Maelle le Jeu 5 Juil - 19:14

Elle avait peur bien entendu, mais elle s'efforçait de ne pas le montrer, déjà pour ne pas faire plaisir au grand-père, mais aussi pour ne pas inquiéter Danaé qui était déjà visiblement bien tendue. Ensemble, elles traversèrent donc l'espère de miroitement que la jeune fille avait créé. Juste avant de faire le fameux pas, elle prit une profonde inspiration. Il ne fallait pas qu'elle perde le contact avec la jeune rousse, elle ne voulait pas s'enfuir. Son regard se posa sur le nouveau lieu. En fait c'était le même, mais simplement dans un autre univers semblait-il. Elle observa la source, les rochers, les arbres qui semblait fait d'une matière douce et cotonneuse. Elle fut tentée, l'espace d'un instant, oubliant les contraintes, et la peur de lâcher la main de sa douce amie pour aller toucher ces arbres.

Elle fut ramené à la réalité, par Danaé qui l'entrainait vers la source. Il fallait qu'elle y entre, et elle perçut sa frayeur. Elle posa son regard sur le corps de son amie, un peu surprise du changement. Que se passait-il? Le passage dans le monde des morts avaient-il fait accélérer leurs croissances? Elle se mordit les lèvres, se demandant à quoi elle ressemblait. Le corps de sa rousse la troublait, elle avait prit en assurance, son regard était magnifique et elle avait prit aussi ses formes de femme. Elle se mordilla la lèvre, tout en la suivant, entrant à son tour dans l'eau glaciale. Elle grimaça légèrement et serra un peu plus la main qu'elle tenait dans la sienne. Elle aperçut alors dans son reflet dans l'eau et oublié aussitôt la douleur et la peur, s'observant stupéfaite. Elle ressemblerait donc à ça quand elle serait plus grande?

Sa compagne tomba alors à genoux dans l'eau, tirant un peu plus sur son bras, l'obligeant à se rapprocher un peu plus. Le froid montait petit à petit le long de son corps, l'engourdissant. Quand elle la vit se relever devant ses yeux, elle s'empourpra et détourna le regard. Il ne fallait pas qu'elle la détourne de ce qu'elle devait faire. Elle essayait aussi d'oublier ce que disait Dewenn, ne voulant pas admettre qu'elles pouvaient rester coincer ici. Elle garda les yeux sur le sol, ne pouvant croiser celui de Danaé.
avatar
Maelle
Admin

Messages : 75
Date d'inscription : 23/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://quatretemps.forumsgratuits.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Feux du solstice d'été, sur les traces du passé [Partie 3]

Message  Danae le Ven 6 Juil - 14:58

La bouche de Dewenn se barra d'un pli inquiet devant les violents tremblements qui avaient saisi Danaé :

- Lutte ! Tu dois être imprégnée du froid, mais il ne doit pas gagner, sinon c'est la mort Eilathèn, et au lieu de les invoquer tu iras directement les rejoindre...
J'aurais peut-être dû de prévenir avant, je crois que j'oublie trop souvent que tu es totalement ignare des choses de notre monde. Et puis je ne voulais pas que la peur de tétanise et que tu refuses d'accomplir le rituel. J'ai des choses à discuter avec ta mère et j'ai besoin de toi pour la faire venir.
Lutte, jeune fille, atteins l'équilibre, je ne peux t'y aider.


Danaé ferma les yeux et serra les mâchoires pour couper court au claquement de ses dents, monopolisant toute son attention sur la création d'une étincelle au coeur d'elle-même apte à la protéger du froid qui commençait à gagner lentement son coeur.
Le souffle coupé par sa morsure, elle déploya des trésors de calme pour éviter de paniquer et d'alarmer Maëlle inutilement, se contentant de mordre fortement ses lèvres devenues violettes.
Petit à petit, à force de persévérance, elle parvint à faire naître une minuscule source de chaleur dans sa poitrine et à la préserver du froid, la faisant garante de sa vie, et elle sentit qu'il lui faudrait dépenser pas mal d'énergie à la maintenir vivace, mais elle choisit de n'en rien dire à personne.

La rouquine avait pris une teinte pâle presque bleue, et sa bouche conservait son ton violacé. Elle leva de nouveau les yeux sur son grand-père qui lui prodigua un sourire d'encouragement.


- Bien... Je vois que tu as trouvé... Tu aurais presque l'air d'une apparition telle que je te vois là, j'espère que nous réussirons à inverser le processus.
Passons à la dernière étape. Agenouillez-vous devant le grand fauteuil toutes les deux, il faut montrer de l'humilité. Ensuite laisse toi guider par ton instinct, jusque là il n'a pas failli.


Danaé entraîna Maëlle devant les sièges construits par Dewenn et s'y agenouilla avec elle, ne lâchant pas sa main.
Elle baissa ensuite la tête, laissant la cascade rousse de ses cheveux tomber devant ses yeux et inspira longuement, laissant venir à elle les souvenirs et les sensations oubliés.
avatar
Danae
Admin

Messages : 118
Date d'inscription : 23/05/2012
Localisation : Dans la forêt des Quatre Temps...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Feux du solstice d'été, sur les traces du passé [Partie 3]

Message  Maelle le Ven 6 Juil - 19:42

Maelle suivit la rapide transformation de sa jeune amie, avec une inquiétude grandissante. Elle voyait sa peau qui devenait presque translucide et ses lèvres devenir violette. Cela lui faisait peur et elle ne voulait pas la perdre. De sa main libre, elle entreprit de lui frotter les bras et le dos dans un espoir ridicule de la réchauffer. Elle se permit de jeter un regard noir à l'homme, furieuse qu'il puisse permettre de la faire mourir. Mais la cérémonie n'était toujours pas terminée. Elles devaient à présent s'incliner devant un des fauteuils, faisant preuve d'humilité. Et Maelle était obligée de suivre, comme une petite poupée, ou une ombre. Elle se laissa donc tomber à genoux, sans protester, mais la fatigue prenant le pas sur la peur. Elle baissa la tête à son tour, serrant les dents. On aurait dit que les vieilles blessures se réveiller en elle, comme pour la mettre à l'épreuve.
avatar
Maelle
Admin

Messages : 75
Date d'inscription : 23/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://quatretemps.forumsgratuits.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Feux du solstice d'été, sur les traces du passé [Partie 3]

Message  Danae le Ven 13 Juil - 19:27

Une dernière pression sur la main de Maëlle et la rouquine expira longuement tout l'air qu'elle avait emmagasiné dans ses poumons, exhalant une brume blanche et répandant alentour un air glacial. Elle recommença plusieurs fois, les yeux révulsés sur une transe qu'elle ne connaissait pas encore, semant le froid dans tout le cercle de pierres et faisant frissonner Dewenn dans son simple pagne blanc.

Le vieil homme souriait de contentement reconnaissant clairement le déroulement de la cérémonie et ce sans que Danaé n'ait eu besoin de l'apprendre. La petite était indéniablement une grande prêtresse née, et la digne héritière de la lignée. Qui plus est elle était née rousse dans une famille qui ne comptait que des chevelures d'un noir intense, un autre signe de sa valeur et de sa rareté.

La jeune rousse redressa brutalement la tête et la renversa en arrière, psalmodiant des paroles rituelles venues du coeur de son être, soufflée à son esprit par une part d'elle qui restait à éveiller :


- Eilathèn Dana elumàn auren nehelun...*
Eilathèn Dana elumàn auren nehelun...


Puis elle enchaina d'une voix plus grave et plus forte :

- EILATHEN SOLEN NEHELUN !**

Un silence encore plus profond se fit au coeur des pierres et Danaé courba à nouveau la nuque, sentant une présence arriver lentement et se frayer un chemin jusqu'à elle.
De nouveaux frissons parcoururent son corps et elle dû monopoliser toute son attention à raviver un peu la flamme au coeur d'elle même alors qu'elle menaçait d'être soufflée par le vent qui se levait soudain, balayant les feuilles sur le sol et les longues chevelures des trois êtres humains présents.

Elle tressaillit lorsque le bas vaporeux d'une tunique bleue identique à la sienne entra dans le champ de vision de ses yeux baissés sur le sol et un nouveau sursaut la saisit lorsqu'une voix douce et mélancolique s'éleva un peu au dessus d'elle :


- Danuèm Eilathèn, Eileen diénae Inys...***

Lorsqu'elle releva les yeux et les posa sur la silhouette qui se tenait devant elle, son coeur reconnut sans faillir la mère qu'elle avait perdu 5 ans auparavant et qui avait été effacée de sa mémoire par l'oeuvre de la magie à cette même époque.

Un regard vert comme le sien, empli de douceur, de longs cheveux noirs flottant autour d'elle, comme soulevés par une brise invisible et qui ne toucherait qu'elle, un corps élancé et mince, ceint de la tunique bleue des grandes prêtresses, le signe de l'air apparent sur son front pâle et un autre inconnu sur sa joue gauche : Eileen était magnifique et le coeur de la rouquine se serra d'émotion.

Elle ne remarqua même pas les autres formes pâles qui commençaient à apparaitre à ses côtés, son attention totalement captivée et son regard détaillant avidement cette personne qu'elle avait tant chérie avant qu'elle ne sorte de sa mémoire.


______________________________________________________________________

* Moi Eilathèn, j'implore Dana d'invoquer les morts...
** Moi Eilathèn, j'invoque ici ma mère !
*** Bienvenue Eilathèn, enfant chérie d'Eileen...

avatar
Danae
Admin

Messages : 118
Date d'inscription : 23/05/2012
Localisation : Dans la forêt des Quatre Temps...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Feux du solstice d'été, sur les traces du passé [Partie 3]

Message  Maelle le Dim 15 Juil - 18:28

Cela lui faisait peur, de plus en plus. Elle ne savait pas quoi faire, ni à quoi elle allait servir, à part observer et être présente pour Danaé. Elle eut un sursaut en entendant la nouvelle voix féminine qui résonna autour d'elles, après le vent qui avait soufflé. Elle faillit en lâcher la main sui la tenait, mais se reprit juste à temps, et resserra un peu plus ses doigts sur la main menue de son amie. Elle décida de fermer les yeux, de faire abstractions de ce qui se passait autour d'elle. Il ne fallait pas qu'elle se laisse entraîner par la peur...
Elle se mordilla les lèvres tout en réfléchissant à cette étrange apparition qu'elle n'avait eu le temps que d'apercevoir, se demandant de qui il pouvait bien s'agir.
avatar
Maelle
Admin

Messages : 75
Date d'inscription : 23/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://quatretemps.forumsgratuits.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Feux du solstice d'été, sur les traces du passé [Partie 3]

Message  Danae le Lun 16 Juil - 18:06

Danaé inclina finalement la tête avec humilité devant sa défunte mère, rattrapée par la déférence qu'elle devait lui montrer malgré leur lien de parenté :

- Dana ena...*

Des doigts frais vinrent se glisser sous son menton pour lui faire relever la tête et son regard croisa celui de sa mère, empli de malice, de fierté et de tristesse, mélangées en un savant mélange lui donnant une intensité peu commune :

- Ne baisse pas ainsi les yeux devant moi alors que cela fait si longtemps que ton regard n'a pas croisé le mien. Je me demandais si quelqu'un réussirait un jour à te montrer comment me faire venir à toi.
Me faire venir physiquement de cette manière n'est possible qu'une fois par an, mais il y a d'autres moyens de recourir à mon aide si tu en as besoin.
Je sais que tu as tout oublié, c'était ma volonté, mais aujourd'hui je me demande si j'ai bien fait... A lieu de te protéger j'ai l'impression que cela t'a plutôt porté préjudice...


Le regard d'Eileen se posa sur Maëlle qui n'osait plus bouger un cheveu et dont la main tremblait dans celle de la rouquine.

- Voici donc celle que tu as liée à ton coeur par la grâce de Dana ?

Danaé hôcha la tête en déglutissant avec peine :

- Il ne fallait pas solèn** ?

Un doux sourire fleurit sur les lèvres de l'esprit :

- Nombreuses sont les prêtresses dont le coeur choisit une compagne plutôt qu'un compagnon... Toutefois pour perpétuer la lignée cela s'avère plus compliqué. Même si avec la magie de Dana, tout est possible, cela tu ne l'ignores plus.
Celle que ton coeur a choisit doit sans nul doute être exceptionnelle, son nom est connu de notre côté du monde.


Eileen glissa les doigts de son autre main sous le menton de la brunette pour lui faire doucement relever la tête :

- Ne sois pas effrayée enfant des hommes... Ici aucun mal ne pourra t'être fait, je veille, nous veillons tous.

Elle embrassa du regard les silhouettes pâles qui avaient progressivement pris place à ses côtés.

- Il va nous falloir marquer ces enfants, pour qu'au moins celle-ci puisse rester dans continuer à broyer la main de ma fille.

Un rire cristallin s'échappa de ses lèvres, puis elle s'adressa à Dewenn :

- Je suis heureuse de vous revoir, père.

_________________________________________________________

* Grande prêtresse de Dana...
** Mère
avatar
Danae
Admin

Messages : 118
Date d'inscription : 23/05/2012
Localisation : Dans la forêt des Quatre Temps...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Feux du solstice d'été, sur les traces du passé [Partie 3]

Message  Maelle le Mar 17 Juil - 17:10

La brunette essayait de garder son calme, mais cela devenait un peu plus difficile. Elle peinait à se réchauffer de son bain de pieds dans l'eau glacée de la source. Sa main restait cramponnée à celle de son amie. Elle sursauta en rouvrant les yeux lorsqu'elle sentit des doigts glacer l'effleurer afin de l'inciter à relever le menton. Son regard se perdit dans celui sans fond de la femme devant elle. Elle ressemblait étrangement à... Elle détourna avec peine le regard pour détailler la silhouette de sa rousse. Oui.. C'était ça... Ce devait être sa mère.
Elle écouta avec attention, posant un regard à demi effrayé sur les silhouettes qui les entouraient.


- Danaé...? Pourquoi dit elle que mon nom est connu ici...?
avatar
Maelle
Admin

Messages : 75
Date d'inscription : 23/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://quatretemps.forumsgratuits.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Feux du solstice d'été, sur les traces du passé [Partie 3]

Message  Danae le Ven 20 Juil - 15:57

Le spectre d'Eileen sourit en voyant que Maëlle n'osait pas s'adresser à elle directement et en entendant sa question. Posant son index sur les lèvres violettes de Danaé, elle lui répondit elle-même, se doutant bien que sa fille n'avait de toute façon pas de réponse à apporter à sa jeune amie :

- Ton nom est connu parce que tu es l'être qu'Eilathèn aime le plus en ce monde. Et tout ce qui touche de près ou de loin à ma fille est un sujet de discussion passionnant pour les êtres éthérés que nous sommes devenus.
Elle est l'enfant prodigue du culte de Dana, celle que l'on attendait depuis des générations. Je ne suis pas peu fière d'être celle qui l'a mise au monde.
A ce propos Maryn*, je vous trouve un peu dur avec elle. N'oubliez pas que si elle ignore tout ou presque de nos usages et de notre culte, c'est parce que je l'ai voulu.


Le regard de la jeune femme se fit d'acier lorsqu'elle le posa sur Dewenn et il fut contraint de courber le front, marmonnant dans sa barbe.

- Oh je me doute bien que vous n'en ferez qu'à votre tête au final... Mais sachez que vos actions à l'encontre d'Eilathèn suscitent beaucoup de ressentiment dans le coeur de ceux qui l'aiment, à commencer par cette jeune demoiselle...

Elle désigna Maëlle du menton.

- Si la noirceur que je vois dans son coeur pouvait couper, je crois bien qu'elle vous taillerait en pièces...

Un rire comme un tintement de clochette s'échappa à nouveau de ses lèvres.

- Au moins, je sais ma fille bien entourée...
Bien... Terminons donc le passage, que vous puissiez passer la nuit avec nous sans encombre.


Elle frappa deux coups brefs dans ses mains. Un jeune garçon d'allure tout aussi fantomatique qu'elle s'avança, une coupe entre les mains. Dans la coupe un poignard effilé était posé.
Il s'agenouilla près des deux jeunes filles et leva la tête vers Eileen, attendant qu'elle lui fasse signe de commencer. Celle-ci lui retourna un sourire bienveillant et frappa à nouveau dans ses paumes, faisant cette fois-ci s'avancer une jeune femme blonde qui jusque là était restée dans l'ombre.
Le coeur de Danaé rata un battement et un mot s'échappa de ses lèvres dans un souffle :


- Ama**...

La blonde s'agenouilla près de la rouquine, un récipient dans chaque main et un air mélancolique ancré à la bouche :

- Bonjour Danaé... Ça fait... un peu plus d'un an et demi, non ?

Des larmes jaillirent des yeux de la jeune rousse sans qu'elle puisse les retenir et se mirent à couler sur la peau bleutée de ses joues tandis que des souvenirs épars remontaient de sa conscience endormie.

- La transformation et surprenante... Tu n'étais qu'une enfant et regarde toi aujourd'hui, presque une femme, en plein rituel de Beltane. On dirait une apparition avec tes cheveux de feu, ta peau bleue et tes lèvres violettes...

Elle se pencha doucement près de son oreille et chuchota avant de passer la main dans la crinière rousse :

- Lutte, ne laisse pas ta flamme être gagnée par le froid des morts, je sens ton combat, tu es forte, tu peux l'endurer... Il le faut.

- Maryan ? Veux-tu bien aider Oriel ?

Le jeune garçon posa sa coupe devant la blonde, prénommée Maryan par Eileen, avec déférence. Celle-ci hôcha la tête et versa dedans le contenu de son premier récipient, une poudre blanche, avant de la délayer avec le liquide contenu dans l'autre, jusqu'à obtenir une sorte de teinture couleur de neige. Eileen s'accroupit et tendit la main au dessus de la coupe, avec un bref mouvement de tête à l'adresse du jeune Oriel.
Le garçon se saisit du poignard et entailla sans hésitation le poignet de la grande prêtresse, faisant couler une substance translucide et luminescente dans le récipient, avant de mélanger de la pointe de l'arme. Eileen mit ce temps à profit pour poser deux doigts sur l'entaille et murmurer quelques mots, refermant aussitôt la plaie.


Oriel leva les yeux vers Danaé et se racla la gorge :

- Ena*** Eilathèn ? Puis-je ?

La rouquine le regarda un moment sans comprendre avant de saisir ce qu'il lui demandait. Sans hésitation, elle plaça son propre poignet au dessus de la coupe et ne sourcilla même pas lorsque le tranchant de la dague fit couler son sang. Le processus du rituel l'avait rendu de couleur sombre, d'une teinte bleue soutenue qui ne manqua pas de lui arracher une petite expression de surprise. Tandis que l'enfant mélangeait, donnant à la préparation une teinte bleu pastel avec toujours cet aspect luminescent, Eileen soigna le poignet de sa fille aussi efficacement qu'elle avait soigné le sien.

- Bien... Il ne reste plus qu'à marquer nos invités. Maryan, je te laisse ce privilège, après tout, tu as pris soin de ma fille comme si elle était la tienne pendant plus de 3 ans, elle t'appelle même ama...

Un petit pli barra un instant la bouche d'Eileen, bien vite remplacé par un sourire.

Maryan s'avança avec la coupe dans une main et un bâtonnet dont une extrémité avait été entourée de fibres de lin dans l'autre. Elle entreprit d'imbiber les fibres de teinture puis dessina un symbole à trois branches sur l'épaule droite de Dewenn. D'abord deux branches réunies en "V" puis une troisième partant du point de jonction et les dépassant un peu en hauteur.
Elle fit de même sur l'épaule de Danaé puis vint se placer devant Maëlle, le regard rassurant :


- Me laisserez-vous faire Maëlle ? Vous pourrez enfin lâcher la main de Danaé à laquelle vous vous cramponnez comme si votre vie en dépendait...

La jeune blonde fit un clin d'oeil qui se voulait complice à la brunette.

____________________________________________________________________________
* Père
** Maman
*** Grande prêtresse
avatar
Danae
Admin

Messages : 118
Date d'inscription : 23/05/2012
Localisation : Dans la forêt des Quatre Temps...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Feux du solstice d'été, sur les traces du passé [Partie 3]

Message  Maelle le Dim 22 Juil - 19:34

La jeune fille écoutait avec attention la réponse que lui donna la mère de Danaé. Elle était un peu surprise, mais hocha de la tête. Elle baissa cependant de nouveau les yeux en l'entendant parler de la colère qu'elle éprouvait pour Deween. Elle aussi savait donc lire dans les êtres? Elle se mordilla la lèvre, un peu tendue. Elle n'avait pas lâchée la main de Danaé, tentant de se rassurer de sa présence. Malgré la couleur qu'elle avait prit, elle semblait allait pas trop mal.

Lorsque Eileen frappa dans ses mains, Maelle sursauta. La suite allait commencer. Elle n'était pas rassurée. Son regard se posa sur le poignard, et elle jeta un regard à sa rousse, un peu effrayée. Qu'allait-il se passer? Son regard passa alors sur les différentes personnes qui se trouvaient là, parmi les fantômes. Elle ne pouvait s'empêcher de chercher, de regarder, d'espérer un peu voir son père parmi ses silhouettes translucides.
Elle revint à l'instant présent en voyant les larmes couler sur les joues de sa douce. Inquiète, elle l'a regarda, et serra un peu plus fort sa main, un peu perdue. Elle ne comprenait pas toujours ce qu'elle disait quand elle parlait la langue de Dana. Elle jeta un coup d'oeil à Dewenn, ne sachant que faire.

Mais elle n'avait pas le temps d'agir, ni même de penser à quoique ce soit, que déjà la suite de la cérémonie se poursuivait. Le poignard entama la peau éthérée d'Eileen, avant de venir se poser sur la peau bleutée de la rouquine.


- Danaé...

Le souffle s'était échappé de ses lèvres, sans qu'elle puisse ne le retenir, mais s'était déjà trop tard. Elle oubliait trop souvent les extraordinaires capacités de cette famille, et déjà, la coupure avait disparue.
Elle ne réalisa pas tout de suite que la jeune blonde voulait la marquer comme elle l'avait fait pour Dewenn. C'est en sentant les doigts de Danaé serrant les siens, que son regard se posa sur la jeune femme, tenant la coupe et le bâtonnet. Son regard passa de Danaé à Eileen, puis à Maryan, pour revenir à Danaé. Elle était devenue pâle, mais hocha de la tête.


- Oui.

Elle ne le dit pas, mais elle ne comptait pas lâcher la main de celle qu'elle aimait.
avatar
Maelle
Admin

Messages : 75
Date d'inscription : 23/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://quatretemps.forumsgratuits.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Feux du solstice d'été, sur les traces du passé [Partie 3]

Message  Danae le Mer 25 Juil - 21:37

La main de son amie dans la sienne était la seule source de chaleur à laquelle Danaé pouvait prétendre se raccrocher un tant soit peu, aussi noua-t-elle étroitement ses doigts à ceux de la brunette, manifestant ainsi sans équivoque son envie qu'elle ne la lâche pas. Elle observa attentivement Maryan traçant le portail sur l'épaule de sa douce, guettant la moindre ombre de peur dans ses yeux, yeux qu'elle voyait errer sur l'assemblée, comme à la recherche de quelque chose.

Intriguée, la rouquine continua à observer Maëlle en silence avant de porter elle aussi son regard sur les pâles silhouettes, prenant enfin la mesure de leur nombre. Ils étaient si nombreux...


- Solèn... pourquoi y a-t-il autant de morts ? C'est toujours comme ça quand on fait un rituel à Beltane ?

Le regard de la jeune rousse accrocha une expression particulière sur le visage de sa voisine et elle prit conscience du fait qu'elle n'entendait pas grand chose à la langue de Dana, qui lui revenait si naturellement en présence des siens.

- Je peux faire quelque chose pour que Maëlle comprenne ce que nous disons quand nous parlons dans notre langue ?

Eileen se pencha vers l'oreille de sa fille, une expression amusée sur le visage, et lui chuchota quelques mots. Danaé s'empourpra légèrement.

- De...devant tout le monde ? Et c'est définitif ou bien temporaire ?

- Juste temporaire, et possible uniquement dans un "lieu" comme celui où nous nous trouvons. Pour la suite, si tu veux que ton amie comprenne notre langue, il te faudra la lui enseigner.

La rouquine hôcha la tête pour signifier qu'elle avait compris, puis lâcha la main de la brunette avec douceur.

- Ne bouge pas, ça ne prendra qu'un instant.

Elle lui fit un sourire plein de tendresse avant d'appliquer ses mains sur les oreilles de Maëlle et chuchota :

- Eilathèn, Maëlle amylin diénae, odèn Dana kalaèn letari odwyla...*

Elle sentit le pouvoir s'écouler lentement de ses mains pour se transmettre aux oreilles de sa douce, lui permettant ainsi d'entendre la langue de Dana comme si elle était la sienne, au même titre que celle qu'elle parlait habituellement. Une douce chaleur, une rareté en ces moments où Danaé avait l'impression de n'être plus que glace, se transmit à la jeune brune, et la rouquine sut que la magie avait opéré.
Les joues rougissantes, elle approcha doucement ses lèvres de celles de son amie et chuchota à nouveau :


- Eilathèn, Maëlle amylin diénae, odèn Dana kalaèn kal odwyla...**

Elle joint leurs deux bouches en un baiser et laissa son don s'écouler à travers leurs lèvres réunies, offrant à sa douce le pouvoir d'utiliser les mots de Dana piur le temps de la nuit.
Reculant, un peu embarrassée d'avoir imposé un tel geste à Maëlle devant tant de personnes, Danaé toussota en regardant le sol, puis repris timidement sa main dans la sienne :


- Désormais tu ne fronceras plus les sourcils quand nous utiliserons les mots de Dana, alassae...
Dis, depuis tout à l'heure je te vois regarder un peu partout... Tu cherches quelque chose ?


La rouquine mordilla ses lèvres violacées, inquiète de savoir ce qui tracassait ainsi celle pour qui chantait son coeur.

___________________________________________________________
*Moi Eilathèn, j'offre à Maëlle, chère à mon coeur, le don d'entendre le langage de Dana...
**Moi Eilathèn, j'offre à Mëlle, chère à mon coeur, le don de parler le langage de Dana...
avatar
Danae
Admin

Messages : 118
Date d'inscription : 23/05/2012
Localisation : Dans la forêt des Quatre Temps...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Feux du solstice d'été, sur les traces du passé [Partie 3]

Message  Maelle le Mer 1 Aoû - 6:20

Elle se demandait jusqu'où tout cela allait aller et quand cela finirait. Elle eut un léger sursaut lorsqu'elle sentit la main de sa rousse se détacher de la sienne, mais lui accorda sa confiance, sachant qu'elle ne lui ferait aucun mal. Elle ferma les yeux lorsqu'elle vint poser ses mains sur ses oreilles, lui accordant ainsi la possibilité de comprendre ce qui se disait autour d'elle. Ses joues virèrent ensuite au rose soutenu lorsque Danaé posa ses lèvres sur les siennes. L'instant était difficile, mais elle aurait aimé pouvoir prolonger ce baiser, se blottir contre celle qu'elle aimait, l'aider à se réchauffer. Lorsqu'elle lui reprit la main, elle la serra avec force et vivacité, la main bouillante par rapport à celle bleutée de son amie. Ses pensées continuaient de tourner dans sa tête en une sorte de capharnaüm étrange.
Elle baissa la voix pour répondre à la question qui lui était posée.


- Je regardais si je voyais mon père parmi les morts, mais il ne faisait pas parti du culte de Dana.

Elle reprit d'une voix un peu plus forte.

- Il va se passer quoi maintenant Aelyn?
avatar
Maelle
Admin

Messages : 75
Date d'inscription : 23/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://quatretemps.forumsgratuits.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Feux du solstice d'été, sur les traces du passé [Partie 3]

Message  Danae le Mer 1 Aoû - 18:30

Encore une fois, Eileen saisit les mots chuchotés par la jeune brune, malgré sa manifeste envie de n'être pas entendue de tous. Ses sourcils prirent un angle un peu perplexe l'espace d'un instant, mais Danaé l'empêcha de parler sans s'en rendre compte en prenant la parole elle-même :

- J'ignore ce qui va se passer maintenant... Nous sommes ici à la demande de Dewenn, moi je ne savais même pas ce que nous allions faire, comme d'habitude il m'a donné le minimum d'informations...
Je ne peux pas dire que je sois fâchée de la tournure des évènements cela dit. Je revois ma mère, Maryan... Mais j'ai toujours l'impression d'un voile dans ma tête, qui m'empêche de me souvenir. Je n'ai que quelques images éparses, des scènes violentes et qui me font peur, que je ne peux pas expliquer.
Mère... Allez-vous me raconter qui je suis ?


La silhouette fantomatique d'Eileen vacilla pendant une fraction de seconde, comme la flamme d'une bougie qui serait en passe d'être soufflée par un vent un peu trop fort :

- Prends-garde Eilathèn... C'est grâce à ta force que nous sommes tous ici... Si tu négliges le minuscule foyer de chaleur que j'aperçois en toi, je ne donne pas cher de ta vie dans les prochaines heures...

Un pli inquiet barra son front et elle dirigea son regard vers Dewenn, resté un peu en retrait :

- Maryn, êtes-vous sûr qu'elle était assez robuste pour endurer un rituel de Beltane à elle seule ? Je sais bien que son don est sans précédent, mais d'histoire de prêtresse, jamais une Ena n'a accompli cela auparavant, il y avait toujours au moins deux prêtresses pour servir de pilier et prêter leur force.

Dewenn haussa une épaule, l'air un peu indifférent :

- Elle est l'enfant prodigue, non ? Ce n'est pas d'avoir sauvé son amie il y a peu qui l'aurait affaiblie tant que cela. Je suis certain qu'elle peut le faire. Cette enfant s'écoute parfois trop, il faut la pousser un peu pour qu'elle déploie tout son potentiel, j'en suis sûr !

De la colère se peignit sur le visage du fantôme d'Eileen, tandis que la bouche de Maryan se barra d'un pli méprisant, les deux étaient visiblement furieuses et inquiètes :

- Ce n'est pas parce que vous n'avez jamais pu souffrir le père de ma fille qu'il vous faut la pousser délibérément dans les bras de la mort et la mépriser comme vous le méprisiez. Je vous garantis que si elle meurt, d'autres que moi vous attendront de pied ferme de l'autre côté !

La main éthérée vint se poser sur la joue de la rouquine en un geste apaisant, lui apportant une minuscule étincelle de chaleur supplémentaire qu'elle accueillit avec soulagement.

- J'ai peur que ce soit tout ce que je puisse faire pour t'aider pour le moment ainys...
Pour répondre à ta question, oui, nous allons raconter ce soir ce qu'il s'est passé il y a maintenant cinq années, la veille d'un solstice d'été, et nous lèverons aussi le voile qui scelle tes souvenirs.
Ça risque d'être une expérience douloureuse, parce que le principal de ce que tu as oublié va te revenir d'un coup et pèle-mêle... Le reste suivra, peu à peu.
C'est assez dur à supporter, on a un peu l'impression d'avoir la tête qui va exploser.
Et pour ton amie... Son père n'est pas là, à Beltane lors d'un rituel, les morts invoqués sont ceux de Dana qui ont des choses à communiquer à celle qui invoque. Cependant il vous est possible d'invoquer n'importe quelle personne qui fût mortelle à l'aide d'un autre protocole. Le désirez-vous ?


Danaé tourna son visage empreint de gravité vers celle qu'elle aimait :

- Maëlle... Tu veux qu'on le fasse venir ?
avatar
Danae
Admin

Messages : 118
Date d'inscription : 23/05/2012
Localisation : Dans la forêt des Quatre Temps...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Feux du solstice d'été, sur les traces du passé [Partie 3]

Message  Maelle le Dim 19 Aoû - 20:30

Maelle écouta avec soin les différentes explications qu'on pouvait lui fournir. Aux paroles de la mère de Danaé sur la flamme qui permettait cet instant et qui lui permettait aussi de rester en vie, elle serra un peu plus la main blottie dans la sienne. Elle ne savait comment faire, mais elle désirait lui transmettre sa force, sa chaleur, sa présence. Elle sentait toujours la présence méprisante du grand-père derrière elle. Elle choisit de l'ignorer, cherchant à ne pas montrer la colère qui montait en elle.

- Non Danaé, je ne souhaite voir personne.

Elle n'ajouta rien, mais elle estimait que cet instant n'était pas là pour ça, même si elle aurait souhaité pouvoir dire adieu à son véritable père. Elle regarda Eileen.

- Peut-être pourrions nous nous asseoir. Cela serait mieux pour écouter l'histoire.

Elle espérait de tout coeur que le passé de sa douce amie reviendrait, qu'elle retrouverait ses pouvoirs et sa force d'antan. Elle espérait aussi secrètement qu'ainsi son grand-père lui fiche la paix.
avatar
Maelle
Admin

Messages : 75
Date d'inscription : 23/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://quatretemps.forumsgratuits.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Feux du solstice d'été, sur les traces du passé [Partie 3]

Message  Danae le Mer 12 Sep - 16:26

La silhouette éthérée plissa un instant les yeux, percevant les pensées de Maëlle sans que celle-ci en ait conscience. Ne voulant pas faire grimper l'hostilité entre Dewenn et la jeune fille, pas plus qu'avec le reste de l'assemblée que le vieil homme toisait d'un air supérieur, elle se contenta de faire parvenir à la brunette une brise bienfaisante qui l'entoura l'espace d'une seconde pour lui indiquer que le soutien de la grande prêtresse déchue ainsi que celui de son assemblée fantomatique lui était acquis.

Elle hocha ensuite la tête en signe d'assentiment à sa proposition que les convives s'asseyent et prit place la première dans le grand trône de branchages avant de faire signe aux autres de prendre place autour d'elle. Ils étaient si nombreux que beaucoup trouvèrent place sur le sol à ses pieds, assis en tailleur pour la plupart et contemplant les 3 vivants de leurs grands yeux luminescents, la curiosité et l'intrigue pouvant se lire clairement sur les traits de la plupart d'entre eux. Tous regardaient Danaé avec une dévotion qui la mettait mal à l'aise.

Maryan prit place sur le siège directement à la droite d'Eileen, tandis que le jeune Oriel se laissait tomber à ses pieds et saisissait un pan de la tunique bleue vaporeuse d'une main, comme mû par un besoin de sentir sa présence tout près de lui.
La rouquine plissa un peu le nez devant ce comportement aussi étrange que familier avec sa mère. Le jeune garçon ne semblait pas avoir plus d'une dizaine d'années et quelque part dans sa tête, des éclats de rires et de soleil raisonnaient. Oriel ne lui était pas étranger, elle en était de plus en plus convaincue.

Eileen prit à nouveau la parole, regardant les trois invités restés debout :


- Asseyez-vous donc tous les trois...

Elle fit un bref geste de la main et Danaé sentit l'herbe sous ses pieds se densifier, formant désormais un épais tapis moelleux. Elle laissa tout d'abord Maëlle s'installer puis descendit au niveau du sol à son tour, se plaçant dans son dos et l'entourant de ses bras et de ses jambes. Elle lui chuchota au creux du cou :

- Ça ne t'ennuie pas j'espère ? Je suis frigorifiée et j'ai désespérément besoin de ta chaleur... J'ai beaucoup de mal à maintenir le peu de chaleur qui demeure en moi suffisamment vivace.

Elle posa un bref instant son front glacé contre l'épaule de sa douce, ayant conscience de lui imposer un contact glacial, mais elle sentait profondément qu'il lui était nécessaire pour tenir, et que le charme ne pourrait se maintenir encore longtemps sans qu'elle ne s'épuise totalement et sombre.

Dewenn quand à lui s'assit sur le sol non loin, gardant une posture raide et ne lâchant pas sa petite-fille du regard, dans lequel commençait à poindre une lueur d'inquiétude. Ses yeux glissèrent un instant sur Maëlle que Danaé tenait au creux de ses bras et un rictus se peignit un instant sur ses traits.
Le vieil homme ressentait une aversion évidente pour les gens qui "éloignaient" de lui sa famille. Il en avait été de même avec le père de la rouquine, qu'il avait détesté au premier regard. Un homme manquant totalement d'ambition, et qui allait de fait récupérer sa place, un réel gâchis alors que sa fille aurait pu s'unir à bien plus puissant et prometteur.... Fort heureusement le père avait péri avec tous les autres, et le statut de Dewenn restait assuré... Du moins tant que sa petite fille ne mettrait pas au monde une descendante digne de lui succéder.

Un quidam se demanderait alors d'où venait son hostilité pour Maëlle, puisqu'elle ne pouvait représenter un danger quant à une éventuelle descendance, mais Dewenn lui aurait répondu qu'il connaissait la magie de Dana et l'avait déjà vue à l'oeuvre, et qu'avec elle tout était possible, ou presque. Et puis cette jeune fille influençait Danaé, la soustrayant à son emprise et à son enseignement.

Tandis que les pensées défilaient dans son esprit sans qu'il n'y prenne garde, les traits de la jeune rousse se crispaient à mesure qu'elle les captait. Elle tourna la tête vers son grand-père, ses grands yeux embués de larmes, une expression de reproche et d'incrédulité sur le visage. Celui-ci se rendit compte trop tard qu'il n'avait pas pris garde à masquer ses pensées comme à son habitude et se renfrogna, préférant regarder le sol plutôt qu'affronter le regard de Danaé.

Eileen suivit l'échange de regards avec une expression impassible et regarda sa fille reposer le menton sur l'épaule de son amie, lui adressant un léger signe de tête encourageant.
Elle frappa dans ses mains et six jeunes prêtresses se relevèrent, se plaçant de part et d'autre de l'assemblée de fantômes, trois par trois. Des instruments de musique éthérés apparurent entre leurs mains, tambourins, larges tambours de peau et flûtes légères. Sur un autre signe de l'Ena fantôme, les deux jeunes filles équipées de tambours se mirent à marteler leur instrument à l'aide de bâtons arrondis, créant un rythme lancinant qui emplit tout l'espace du cercle. Le coeur de Danaé se mit à battre plus fort et plus vite, elle connaissait ce rythme presque animal, il la transportait déjà.
Un autre signe et les flûtes se joignirent aux tambours, mélodie envoûtante et étrange, plongeant l'assemblée dans une légère torpeur propice à l'écoute.
Nouveau signe d'Eileen et les tambourins tenus par les deux dernières prêtresses commencèrent à venir frapper leurs paumes, ajoutant un son de grelots et une pulsation nouvelle et décalée par rapport à celle, assourdissante des tambours.

La voix de la grand prêtresse s'éleva au dessus de la musique. Elle ne semblait pas avoir besoin de parler plus fort qu'à l'accoutumée, ses mots glissant sur les percussions, aussi clairs que s'ils avaient été amplifiés :


- Il y a deux histoires à raconter ce soir : celle de l'assemblée de Dana dans son ensemble, et ensuite la nôtre et la tienne, ainys... Mais tout d'abord, laissons le chant des disparus guider jusqu'à nous ceux qui se sont perdus en chemin.

En entendant ces mots, Dewenn se crispa un peu plus. Ainsi elle voulait tenter le le faire venir... son époux perdu.

Eileen adressa un signe de tête à Maryan, qui se leva et s'avança de quelques pas. La musique changea pour l'accompagner tandis que sa voix s'élevait et qu'elle entonnait le chant si familier à Danaé, celui qu'elle chantait depuis des mois à qui voulait bien l'écouter. Le coeur de la rouquine se serra quand le souvenir la percuta : cette chanson, elle l'avait apprise de la bouche de la jeune prêtresse blonde tandis qu'elles fuyaient toutes les deux, se faisant passer pour une mère et sa fille.
Plongeant ses yeux dans ceux de sa mère, elle comprit ce que celle-ci attendait d'elle et se leva à son tour, rejoignant Maryan et joignant sa voix à la sienne.

http://www.deezer.com/music/track/3112726

Tandis qu'elles chantaient, accompagnées par les instruments, un miroitement commença à se laisser percevoir près de la source où la rouquine avait dû s'immerger un moment plus tôt.
avatar
Danae
Admin

Messages : 118
Date d'inscription : 23/05/2012
Localisation : Dans la forêt des Quatre Temps...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Feux du solstice d'été, sur les traces du passé [Partie 3]

Message  Maelle le Dim 11 Nov - 21:14

Maelle esquissa un sourire en sentant sa douce venir se glisser contre elle. Elle prit appui contre elle, posant une main sur une de celles de la rousse qui l'enlaçait. Elle avait besoin de contact, même si celui-ci était glaçial pour une fois. Elle frotta un instant la main, signe pour lui montrer qu'elle était là, mais aussi pour l'aider à garder cette flamme en elle.
Elle ne pouvait capter les pensées négatives du grand-père, mais c'était pas plus mal. Dans le cas contraire, la brunette aurait sans doute pu se jeter sur lui.

Tout le monde avait enfin trouvé place, et la jeune fille regarda la scène et écouta les voix qui s'élevaient dans les airs. Elle jeta un bref regard à Danaé, avant de fermer les yeux, se laissant complètement envelopper par la mélodie. Elle ne vit donc pas le miroitement se former, ni la suite.
avatar
Maelle
Admin

Messages : 75
Date d'inscription : 23/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://quatretemps.forumsgratuits.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Feux du solstice d'été, sur les traces du passé [Partie 3]

Message  Danae le Mar 13 Nov - 14:32

Au fur et à mesure que les mots de la chanson coulaient littéralement des lèvres des jeunes prêtresse et de Danaé en leur centre, l'air dans le cercle se densifia, se chargeant de magie et d'une présence diffuse. Le miroitement près de la source se condensa sur lui-même, prenant peu à peu l'apparence humaine d'un homme atteint de la même pâleur fantomatique que les autres esprits. Le coeur de la rouquine se serra lorsqu'elle pu distinguer ses traits, et cela sans qu'elle sache pourquoi.
Elle sentait son énergie s'écouler hors d'elle, lentement mais sûrement, prix à payer pour tout ce qu'elle accomplissait en cette nuit étrange, et faire venir cet esprit là entamait considérablement sa force de vie. Elle sentit la chaleur en elle vaciller et ne se rendit compte qu'elle était tombée et lorsqu'un de ses genoux heurta le sol. Elle paraissait prosternée, seule petite flamme de vie au milieu d'un océan glacial de mort. Un mot, à peine un souffle s'échappa de ses lèvres :


- Ama...

Maryan voulut se précipiter pour la secourir, l'inquiétude déformant ses traits, mais elle fut arrêtée par un geste impérieux d'Eileen :

- Je suis navrée mais tu ne peux pas l'aider... J'ai besoin de votre force à tous et de la sienne pour raconter ce qui doit l'être, si tu lui fais dont de la tienne, j'ignore si je pourrai mener tout cela à bien. Je m'efforce de lui en transmettre autant que je puis me le permette depuis tout à l'heure, et c'est vrai qu'elle est bien jeune pour endurer un tel rituel toute seule, mais je ne doute pas que malgré son hostilité évidente mon père ne la laissera pas s'éteindre. Eilathèn est la plus puissante d'entre nous, la plus puissante qui ait jamais arpenté cette terre, tels étaient les mots de l'oracle qui a prédit sa naissance en touchant mon ventre.
Redresse la tête mon enfant, ravive la vie qui t'habite et souhaite la bienvenue avec nous à ton défunt père.


L'Ena aux cheveux d'ébène cachait sa peur pour son enfant de son mieux, elle avait été formée à ne laisser transparaître aucune émotion. Cependant quand ses yeux se posèrent sur le nouvel arrivé, elle ne pu retenir un petit soupir qui en disait plus long que bien des phrases :

- Sois le bienvenu Llyr...

Danaé s'efforça de répondre aux exigences de sa mère du mieux qu'elle pu et releva la tête pour regarder à son tour l'homme qui était donc son père. Elle le détailla lentement.
Il était grand et bien bâti et ses cheveux semblaient avoir eu la couleur des blés, de la couleur vert clair lumineuse de ses yeux il ne subsistait qu'une ombre, mais la rouquine n'eût pas de mal à reconnaître celle de ses propres prunelles. Il portait des vêtements en peau du même acabit que ceux de Dewenn la première fois qu'elle l'avait vu et une légère ombre de barbe ornait ses joues.
Il s'avança à travers le cercle effleurant la joue de la rouquine avec une infinie douceur lorsqu'il fut parvenu jusqu'à elle et une onde de chaleur bienfaisante la traversa, venant donner un peu de force à son foyer intérieur. Danaé accueillit le présent avec soulagement et le regarda ensuite s'avancer jusque devant sa mère dont il prit la main pour y poser ses lèvres, mettant un genou à terre. Elle détourna les yeux devant ce qu'elle perçu dans ceux de sa mère et attendit que Llyr se place derrière le trône d'Eileen, les mains sur ses épaules avant de tenter de se remettre debout.
Un bras se glissa sous le sien pour l'aider, et lorsqu'elle tourna la tête elle rencontra le regard furibond de son grand-père, qui s'adressa alors à Eileen d'un ton plein de hargne :


- Je n'aurais jamais cru que tu aurais le culot d'utiliser la propre vie de ta fille pour le faire venir lui ! Tu sais très bien ce qu'il a dû lui en coûter pour le ramener de là où il se trouvait !

- Que dire de vous alors, qui convoquez un conseil de Dana en plein Beltane ? N'avez-vous pas mis sa vie en danger le premier ? La présence de Llyr n'était possible qu'un soir comme celui-ci, vous savez comme moi que rares sont les occasions de faire revenir un banni ! Il était nécessaire à Eilathèn de voir son père, il est mort trop tôt pour qu'elle puisse s'en souvenir, même lorsque le voile d'oubli sera levé.
Vous n'avez jamais eu une grande estime de mon époux, père, ce n'est un secret pour personne, mais ce soir il a toute sa place parmi nous.
Pardonne-moi ainys...


Le regard de sa mère se fit suppliant et Danaé hôcha la tête. Dewenn l'aida à se rasseoir près de Maëlle en maugréant puis partit un peu plus loin s'adosser à l'un des piliers, les bras croisés, le regard chargé de rancune dirigé vers Llyr.

Eileen s'adressa alors aux deux jeunes filles assises devant l'assemblée de fantômes :


- Je vais maintenant vous raconter la naissance des enfants de Dana.
avatar
Danae
Admin

Messages : 118
Date d'inscription : 23/05/2012
Localisation : Dans la forêt des Quatre Temps...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Feux du solstice d'été, sur les traces du passé [Partie 3]

Message  Danae le Mar 13 Nov - 17:32

Eileen prit une grande inspiration et commença son récit :

- Il y a très longtemps, à une époque où les royaumes n'existaient pas encore tels qu'ils sont aujourd'hui, où nulle frontière n'existait encore pour séparer les hommes, vivaient 4 amies, dans une tribu du nord. Elles avaient pour nom Eiladen, Oelie, Nasha et Morrigan et elles étaient plus liées que des soeurs : là où l'on en voyait une se trouvaient forcément les trois autres, elle avaient grandi ensemble et un lien unique s'était tissé entre leurs âmes.

La tribu dans laquelle elles étaient nées vénérait un Dieu masculin dont le nom est tombé dans l'oubli depuis, mais qui prônait un régime patriarcal du même ordre que celui auquel sont soumis les sujets du royaume de France sous le culte d'Aristote : les plein pouvoir aux hommes et une totale soumission des femmes, du moins en apparence, car je ne doute pas que bon nombre de femmes n'hésitent pas à faire ce que bon leur semble lorsque les hommes ont le dos tourné.

Vint un jour où le père d'Eiladen, le chef du clan, se mit en tête de l'unir avec le jeune homme le plus prometteur de la tribu, comprendre donc le plus brutal et le plus borné. Il était connu des jeunes filles comme le plus courageux chasseur, comme celui qui n'hésitait jamais à se mêler à une bagarre ou à une bataille et bon nombre d'entre elles se seraient battues pour devenir son épouse. Mais il n'intéressait aucune de nos quatre protagonistes qui de leur côté préféraient flâner les unes avec les autres. Eiladen fut donc horrifiée lorsqu'elle eut connaissance des desseins de son père et s'opposa farouchement aux fiançailles, cherchant refuge auprès de ses amies.

D'un commun accord, elle décidèrent que leur vie au sein de la tribu avait assez duré et elle planifièrent de s'enfuir toutes les quatre pour trouver une meilleure vie ailleurs. Malheureusement une de leurs discussions fut entendue par une jeune femme folle de jalousie, qui se pâmait d'amour pour le "promis" d'Eiladen, et elle courut donc dénoncer leurs projets à son père. Se sentant trahi, celui-ci n'hésita pas à condamner sa fille, et ses amies avec elle, pour laver son honneur et faire un exemple aux yeux de tous. Il les fit donc amener au cercle de pierres servant habituellement à rendre la justice au sein du clan, à coup de combats à mort ou de jugements sommaires, et les fit enchainer aux pierres et fouetter jusqu'à ce qu'il ne leur reste qu'un souffle de vie. Puis il les abandonna à leur sort, expliquant à toute la tribu que tel serait désormais le sort des femmes s'opposant à la décision d'un homme, le fouet puis une agonie seules et loin du clan.
Leur supplice dura tout au long de la journée et une partie de la nuit, jusqu'à ce qu'Eiladen lève les yeux et implore jusqu'à la lune, qui était pleine, pour que leurs souffrances prennent fin au plus vite.

La légende raconte que Dana elle-même répondit à son appel, et qu'elle leur apparut, nimbée d'un halo, comme celui de l'astre lunaire. Elle était vêtue d'une tunique semblable à celle que portent aujourd'hui les Ena, bleue et vaporeuse, un diadème ceignait son front et ses cheveux blancs comme la neige flottaient autour d'elle, soulevés par une brise qui n'existait que pour elle.
Elle soigna les blessures des quatre jeunes femmes, les libéra de leurs entraves et tandis qu'elles se prosternaient à ses pieds, elle leur dit qu'elles allaient fonder un nouveau clan, et qu'elle seraient les enfants de Dana.
A Eiladen, elle offrit le pouvoir de guérison, à Oelie celui de comprendre les animaux et de s'en faire comprendre en retour, à Nasha elle fit don d'une profonde empathie avec les végétaux, le pouvoir de savoir s'en servir de multiples façons et à Morrigan elle offrit le pouvoir de créer des charmes de différentes manières, tant avec la voix qu'avec des dessins complexes ou des incantations. Elle leut attribua également à chacune l'un des quatres élément fondamentaux. A Eiladen l'eau, à Oelie l'air, à Nasha la terre et à Morrigan le feu.

Eiladen fut également désignée comme la toute première Ena et les quatre femmes furent mises en garde par la déesse sur le fait que les nouveaux dons qu'elle possédaient en feraient désormais des proies de choix pour de mauvais esprits rôdant aux abords de la conscience humaine et avides de pouvoir. Elle leur expliqua que plus elle gagneraient en puissance, plus les "ombres" seraient attirées vers elles comme des insectes par une flamme et qu'elles essayeraient de les corrompre et de les entraîner dans leurs desseins malsains, les transformant en quelque chose de sombre qu'il faudrait alors éradiquer.
Ainsi fut créé le clan des enfants de Dana, par quatre fondatrices dotés de dons jusqu'alors méconnus, le pouvoir était désormais détenu par les femmes et transmis entre elles.

Elles eurent de nombreux enfants, avec plusieurs hommes différents afin de transmettre les dons qu'elle avaient reçus, et ces enfants eurent des enfants, qui eurent des enfants, nous sommes aujourd'hui tous les descendants de ces illustres femmes. L'ordre se structura de plus en plus au fur et à mesure de son expansion, mais je vous expliquerai plus tard ce qu'il en était avant que ne survienne le drame qui fait partie de ton histoire, Eilathèn, ma fille. Au fur et à mesure des naissances et des mélanges, les dons se transmirent et il n'était pas rare qu'une prêtresse cumule deux dons, plus rares étaient celles qui les cumulaient tous, mais toi tu en fais manifestement partie.
Il est intéressant de noter que les dons ne se transmettaient qu'aux enfants de sexe féminin, ainsi en a-t-il été voulu par Dana. Les garçons nés des prêtresses de Dana reçoivent bien sûr reçu des affinités avec les dons de leur mère, mais n'ont pas la capacité d'user de la magie comme leurs soeurs. Ils peuvent cependant apporter leur secours pendant des rituels, conjurer des éléments envahissants, et avaient gagné un statut tout à fait honorable au sein du clan. Souvent les prêtresses partaient en quête d'époux en dehors du clan, afin de renouveler et fortifier le sang des enfants de Dana. Pour ma part c'est ce que j'ai fait et Llyr, ton père, ignorait tout de ce que j'étais lorsque nous sommes tombés amoureux, et j'avoue lui avoir fait peur plus d'une fois avant qu'il ne parvienne à accepter ma nature "différente".

Voilà donc pour l'histoire de nos origines mes enfants. Mais il reste la période noire des premiers temps que je n'ai pas encore racontée : la trahison de Morrigan, celle qui est à l'origine du terme "enfant de Morrigan" en opposition à "enfant de Dana".


Eileen laissa un silence s'installer, le temps que Danaé et Maelle puisse intégrer l'histoire et poser des questions si elles le souhaitaient.


Dernière édition par Danae le Mar 13 Nov - 21:42, édité 1 fois
avatar
Danae
Admin

Messages : 118
Date d'inscription : 23/05/2012
Localisation : Dans la forêt des Quatre Temps...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Feux du solstice d'été, sur les traces du passé [Partie 3]

Message  Maelle le Mar 13 Nov - 18:24

Maelle rouvrit les yeux en sentant l'agitation autour d'elle. Elle vit Dewenn venir aider sa petite-fille, lui qui d'habitude n'aurait pas levé le petit doigt pour le faire. Elle vit un homme aussi, celui qui venait d'apparaître sans doute. Elle se frotta les yeux, comme pour sortir d'un rêve, et vint se glisser cette fois derrière son amie, l'entourant de ses deux bras et de la chaleur qui la consumait, le temps d'écouter l'histoire. Elle voulait aider son amie, lui transmettre tout l'amour qu'elle avait en elle, afin qu'elle garde la flamme à l'intérieur d'elle. Elle posa ses lèvres sur la chevelure flamboyante et y posa un baiser furtif.

La brunette écouta ensuite avec attention la première partie de l'histoire. Elle comprenait mieux à présent le long passé de la jeune fille, d'où elle tirait ses pouvoirs, son histoire... Elle la serra un peu plus contre elle, à la fois intimidée d'avoir été choisie par une si grande future prêtesse et émue aussi.
avatar
Maelle
Admin

Messages : 75
Date d'inscription : 23/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://quatretemps.forumsgratuits.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Feux du solstice d'été, sur les traces du passé [Partie 3]

Message  Danae le Jeu 15 Nov - 14:43

Danaé écouta attentivement l'histoire des origines, celle-ci éveillait en elle des réminiscences passées. Nul doute qu'elle l'avait déjà entendue conter maintes fois lorsqu'elle était enfant, lors des soirées de solstice où les plus jeunes n'étaient pas conviés aux festivités. Les mots d'Eileen éveillaient en elle des images et elle se rendit compte qu'elle comprenait d'où cela venait. Sa mère était en train d'utiliser sur elle la magie du langage, suscitant des images dans l'esprit des auditeurs capables de les percevoir.
La rouquine à la peau bleutée rayonnait tellement de pouvoir qu'elle transmit malgré elle toutes les images à Maelle qui la tenait contre elle mais sans en avoir conscience, toute concentrée qu'elle était sur ce qu'elle voyait et sur son besoin de ne pas laisser sa force s'échapper comme de l'eau fuirait d'une outre percée. Elle ne manqua cependant pas de remarquer que cela portait les dons de sa mère au nombre de deux pour le moment : guérison et charmes.

Eileen voyant qu'aucune question ne semblait franchir les lèvres des deux enfants, elle continua son récit :


- Voici maintenant l'histoire de Morrigan des flammes, celle qui a trahi les siens, celle qui est à l'origine de la première scission au sein des Enfants de Dana. C'était une femme à la magnifique chevelure rousse et flamboyante. Ses yeux semblaient faits d'ambre tant leur vert était clair et lumineux, et ses formes faisaient tourner la tête de bien des hommes. La blonde Eiladen n'avait cependant rien à lui envier avec sa cascade de cheveux miel et ses yeux aussi bleus que l'azur, quant à Oelie et Nasha, leur beauté était moins insolente mais tout autant évidente. L'une était brune et l'autre avait les cheveux aussi noirs que le plumage d'un corbeau. La première avait des yeux marron clair et la seconde des yeux gris comme la mer un jour d'orage. Elles étaient toutes les quatre aussi différentes qu'on pouvait l'être.

Morrigan était cependant la plus puissante, c'est chez elle que l'affinité avec Dana était la plus forte. Vous vous demandez sans doute pourquoi alors elle ne fut pas désignée comme la première Ena. Dana avait choisi Eiladen parce qu'elle était la plus sage et parce qu'elle était la plus à même de fédérer ses trois amies autour d'elle mais Morrigan était sans doute la plus proche d'elle. Il y a même des croyances sur le fait qu'elles aient pu être amantes, mais il n'y a aucune certitude à ce sujet. Comme tu le vois Eilathèn, ces pratiques étaient déjà connues aux origines de notre ordre.


Danaé se tassa un peu sur elle-même, ses joues prenant une couleur bleue plus soutenue qui en temps normal aurait été un rouge coquelicot ravissant.

Eileen poursuivit, un sourire espiègle aux lèvres :


- La plus grande souffrance de Morrigan était qu'elle ne mettait au monde que des garçons. Elle en eut cinq, avec à chaque fois la même déception. Cela ne l'empêcha pas d'accorder beaucoup d'amour à ses garçons, mais elle souhaitait de tout coeur avoir une fille à qui transmettre ses connaissances et son pouvoir, aussi, quand Emalyn vint au monde, elle fut accueillie comme le plus précieux des trésors, tant par sa mère que par ses cinq frères aînés.

L'enfant fut choyée, chérie, et grandit à l'abri de toute souffrance ou peine. Elle n'avait pas hérité du roux flamboyant de sa mère, mais d'un blond vénitien plus doux, comme un mélange, ses yeux par contre ressemblaient beaucoup à ceux de Morrigan, bien que d'un ambre un peu plus soutenu.
Elle révéla très tôt un fort potentiel magique et son noviciat débuta assez tôt, afin d'en faire une prêtresse accomplie et peut être même la future Ena qui succéderait à Eiladen qui la considérait d'ailleurs comme sa fille. D'aucuns racontent qu'elle l'était d'ailleurs, et que la magie de Dana avait permis à deux femmes s'aimant d'un amour sans bornes de concrétiser cet amour dans une enfant. Les soupçons étaient corroborés par le fait que l'enfant pouvait user des charmes mais aussi d'un pouvoir de guérison que sa mère ne possédait pas. Mais nous ne sommes pas ici pour faire des suppositions.

Un jour, Emalyn disparut, elle avait alors quatorze ans. C'est l'un de ses frères qui, s'inquiétant de ne pas la voir revenir d'une excursion dans la forêt pour ramasser du lierre et d'autres éléments nécessaires à une cérémonie, partit à sa recherche et découvrit son corps mutilé et sans vie, abandonné dans une clairière. L'enfant avait manifestement était victime de la concupiscence d'un homme, qui loin de se contenter de prendre ce qu'il recherchait, l'avait ensuite longuement torturée jusqu'à ce qu'elle perde la vie.

Devant le corps brisé de son enfant, Morrigan perdit tout contrôle d'elle-même et se laissa submerger par son pouvoir. Son élément étant le feu, une chaleur infernale se dégagea de son corps et noircit l'herbe se trouvant autour d'elle, elle rayonnait littéralement de haine et de chagrin. Ses yeux devinrent totalement blancs et un hurlement inhumain jaillit de sa gorge. Nul ne pouvait l'approcher sans risquer d'être foudroyé sur place, mais Eiladen s'y risqua tout de même, enlaçant le corps de son amie étroitement, s'infligeant de terribles souffrances à cause des brûlures qu'elle récoltait. Elle canalisa son pouvoir de guérison de manière à se soigner au fur et à mesure que son corps était mis à mal et chuchota à l'oreille de Morrigan des paroles que nul ne put entendre dans la tourmente de vent qui s'était levée autour des deux corps enlacés.
Tout prit fin subitement et elles s'effondrèrent ensemble au milieu du cercle d'herbe brûlée. Dans les jours qui suivirent, Eiladen pleura longuement la mort d'Emalyn, tout en veillant sur Morrigan qui demeurait inconsciente, comme perdue quelque part où nul ne pouvait l'atteindre. Elle finit par ouvrir les yeux, dont la couleur était passée de l'ambre au noir, des larmes rouges s'en échappèrent et plus jamais elle ne fut la même.

Le changement fut subtil et insidieux, au début peu de gens le perçurent. Peut-être que s'ils avaient été avertis comme nous le sommes aujourd'hui, ils auraient encore pu la sauver d'elle-même et de sa perte, mais malheureusement à l'époque nul ne savait de quelle manière les ombres s'y prendraient pour corrompre un Enfant de Dana.
Peu à peu Morrigan devint insensible et froide, sa cruauté envers tout ce qu'il y avait de vivant fut bientôt connue de tous, et tous la redoutaient. Elle se servit de son don pour envoûter certains des plus faibles membres du clan, principalement des hommes et créa ainsi une faction de dissidents au sein même de notre ordre. Ils manipulaient des innocents parmi les enfants des hommes, en faisaient leurs jouets. On raconte même que Morrigan tuait des jeunes filles pour venger la mort de la sienne.

Le pouvoir que lui conféraient les ombres l'avait rendue bien plus puissante qu'auparavant et longue fut la lutte contre elle et ses partisans. Ce fut Eiladen elle-même qui mit fin à l'existence d'un des êtres qu'elle avait le plus chéri en ce monde. Elle réussit à libérer un court instant l'esprit de Morrigan de l'emprise du mal, suffisamment pour l'approcher et lui dire adieu. Dans ses yeux elle lut le regret et la compréhension du geste qu'elle s'apprêtait à commettre, et c'est la main de Morrigan qui, saisissant celle d'Eiladen, dans laquelle se trouvait un poignard, porta le coup fatal en son sein.
De son nez et de sa bouche s'échappèrent des volutes de fumée noire qui se dissipèrent dans la brise. Eiladen jura de tout faire pour préserver le clan de ces ombres malignes, et porta tout le reste de sa vie la blessure de la perte de ces deux êtres aimés.


Eileen fit une petite pause tandis que dans la tête de Danaé, des recoupements se faisaient :

- Solèn... Moi aussi je suis rousse et mes yeux verts semblent parfois comme de l'ambre, pourtant vous avez les cheveux noirs comme le corbeau. Moi aussi j'ai été le jouet d'un homme qui m'aurait tuée si ceux qui m'aiment n'étaient pas arrivés à temps pour me sauver... Qu'est-ce que tout ça veut dire ?

L'Ena fantôme hôcha la tête :

- Alors que je t'attendais, une prêtresse qui faisait des oracles a posé les mains sur mon ventre et a prédit des choses à ton sujet. Elle a prédit grandeur et puissance, mais aussi un grand danger. L'histoire est une boucle Eilathèn, ainys, et il se peut qu'en toi tu abrites une part de l'âme de Morrigan. C'était une femme plein de bonté et d'amour, et c'est la souffrance et la douleur qui l'ont conduite à devenir aussi sombre....
Plusieurs fois déjà, tu as été confrontée à des situations effrayantes ou douloureuses. Plusieurs fois déjà, tu as été approchée par les ombres. Pour elles tu es comme une délicieuse sucrerie et elle n'attendent que de pouvoir se jeter sur ton pouvoir et s'y accrocher comme des sangsues, le pervertissant. Tu dois faire preuve de prudence si tu ne veux pas devenir le pire fléau de notre époque, mais cela tu le savais déjà au fond de toi n'est-ce pas ?
C'est bien pour cela qui tu as fait faire une telle promesse à celle que tu aimes d'un amour si transcendant que tu perds toute mesure quand tu la vois en danger... La promesse de te tuer s'il le fallait.


Eileen se leva et vint poser sa main sur le front glacé de sa fille :

- Cette histoire est inscrite en toi, dans ce petit bout d'âme que tu abrites. Mais rien n'est inéluctable et tu as la force de ne pas subir le même destin. C'est ce que n'ont pas voulu entendre ceux qui ont décimé notre clan et voulu te mettre à mort il y a cinq ans.

Danaé se recroquevilla sur elle-même, cherchant la chaleur de Maelle dans son dos, effrayée que celle-ci puisse avoir peur et la fuir.
avatar
Danae
Admin

Messages : 118
Date d'inscription : 23/05/2012
Localisation : Dans la forêt des Quatre Temps...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Feux du solstice d'été, sur les traces du passé [Partie 3]

Message  Maelle le Dim 18 Nov - 18:03

La brunette avait écouté la suite de l'histoire avec une attention grandissante. Elle ne saisissait pas encore tout, mais sentait bien que tout ceci avait un lien de plus en plus important et proche avec celle qu'elle aimait. Sentant sa peur, elle la serra un peu plus fort contre elle, glissant ses jambes de part en part d'elle pour l'enlacer un peu plus. Elle voulait lui montrer qu'elle l'aimait et ne la laisserait pas tomber.
Chuchotant à son oreille, elle lui glissa:


- Je te le promet...
avatar
Maelle
Admin

Messages : 75
Date d'inscription : 23/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://quatretemps.forumsgratuits.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Feux du solstice d'été, sur les traces du passé [Partie 3]

Message  Danae le Mer 26 Déc - 16:07

Dewenn était resté à l'écart, l'air revêche, les bras croisés. Il lança à sa fille :

- Allons, finissons-en, Eilathèn ne pourra pas vous maintenir encore longtemps, regarde son visage !

Chacun avait des objectifs différents, chacun comptait sur la force de Danaé pour les réaliser, au détriment parfois de la propre santé de la rouquine. Si l'inquiétude du vieil homme pour sa petite fille était réelle, il tenait néanmoins à la garder en vie pour également d'autres raisons, qui lui étaient personnelles.
La jeune rousse s'affaissa un peu dans les bras de Maëlle comme pour appuyer les propos de son grand-père. Elle sentait ses forces décliner rapidement, et toute sa volonté suffisait à peine pour ne pas laisser le froid la gagner toute entière. Le souffle un peu court, elle leva les yeux sur Eileen en quête de conseils.

Sa mère la regarda soudain avec toute la compassion dont elle était capable et hôcha la tête :


- Vous avez raison père... Si je ne veux pas la voir nous rejoindre prématurément, nous allons devoir nous hâter. Ainys, lève toi je t'en prie, aide-toi de ton amie si c'est nécessaire.

Elle tourna ensuite la tête vers Maryan :

- C'est à toi d'intervenir pour lever le voile que tu as posé sur ses souvenirs.

Puis s'adressant ensuite à Danaé et Maëlle :

- La suite de notre histoire, c'est Eilathèn qui la racontera elle-même. Je vous l'ai dit tout à l'heure, ça ne sera pas sans douleur, et tout ne reviendra pas d'un coup.
Maëlle, il se peut que ma fille perde connaissance après l'intervention de Maryan, dans ce cas vous serez arrachées d'ici et nous disparaîtront. Surtout n'aie pas peur, reste près d'elle et il ne t'arrivera rien, mon père veillera sur vous, je n'ai pas de doute là-dessus.


Un bref regard d'avertissement vers Dewenn et elle poursuivit :

- Eilathèn, tu connais la manière de nous invoquer quand tu en as besoin. N'en abuse pas, et il n'y a qu'aux solstices que tu peux invoquer l'assemblée de Dana dans son entier, ne l'oublie pas, ça ne fait que deux fois par an.

La rouquine hôcha la tête et s'appuya sur Maëlle pour se relever. Une fois debout elle se mit à trembler, effrayée par l'idée de la douleur à venir.

- Ne lutte pas Eilathèn, ça n'en sera que plus douloureux... Approche adenna.

La jeune femme brune tendit les bras vers sa fille et l'attira contre elle :

- Danahelu ainys. Sois forte pour nous tous, tu es la dernière...

Elle déposa un baiser sur son front et laissa ensuite Llyr faire de même. Oriel d'avança ensuite, les yeux embués :

- Je sais que tu ne te souviens pas encore... Mais j'ai été heureux de te revoir. Adiéni Eilathèn...

Il déposa un baiser furtif sur ses lèvres et s'en fut, la laissant coite de surprise, les joues bleu soutenu. Un tiraillement au sein d'elle-même la fit soudain grimacer, elle se sentait irrémédiablement attirée vers les ténèbres et se mit à haleter.

- Assez maintenant ! Agis Maryan !

La blonde ne se fit pas prier et se précipita auprès de Danaé, posant la main droite sur ses yeux et la gauche sur ses lèvres. Elle murmura quelques paroles au creux de son oreille et cria d'une voix forte :

- Maryan Dana elumàn Eilathèn eluaden !

La jeune rousse eut la sensation d'une déchirure dans sa tête et poussa un hurlement strident tandis qu'un maelström d'images, de sons, d'odeurs déferlaient soudain sur elle, lui coupant le souffle. Elle tenta de contenir le flot qui la submergeait, serrant les dents, mais la douleur se fit plus forte et son corps la trahit, la projetant dans l'abîme de l'inconscience.
Aussitôt les silhouette fantomatiques commencèrent à s'estomper, comme gommées, et Dewenn se précipita aux côtés de Maëlle et Danaé, les tenant fermement contre lui. Ils étaient comme aspirés par un abîme invisible, le vent les entourant de toutes parts.

Eileen jeta un dernier regard triste à Maëlle, lui lançant ces quelques mots :


- Ainys diésa, naéluman...

Puis tout disparut et les trois vivants furent projetés hors du monde entre les mondes. Il se retrouvèrent au centre du cercle de pierre désormais quelconque, près du grand brasier, haletants, la couleur bleue quittant peu à peu les extrémités du corps de Danaé pour se rassembler peu à peu sur le sceau de son front, le colorant d'azur, pour finir par disparaître totalement, la laissant inanimée sur le sol.
avatar
Danae
Admin

Messages : 118
Date d'inscription : 23/05/2012
Localisation : Dans la forêt des Quatre Temps...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Feux du solstice d'été, sur les traces du passé [Partie 3]

Message  Maelle le Mer 26 Déc - 16:55

Plus le temps passait, plus la brunette s'inquiétait pour sa chérie. Elle sentait bien qu'elle déclinait doucement, mais elle se sentait incapable de l'aider d'une manière ou d'une autre. Elle gardait Danaé tout contre elle, la serrant dans ses bras en une dérisoire volonté de la protéger et de la défendre. Elle hocha de la tête pour la mère de sa chérie, assurant qu'elle prendrait toujours soin d'elle au mieux qu'elle pourrait le faire. Elle écouta encore, attentive, surveillant Dewenn du coin de l'oeil. Et puis d'un coup le trou noir. Elles revinrent à elles dans la clairière qu'elles avaient quitté un peu plus tôt ou bien était-ce il y a déjà plusieurs heures? Maelle était complètement désorientée. Elle tomba à genoux sur le sol, caressant la joue de son amour.

- Danaé...

Elle releva les yeux sur Dewenn, un peu perdue.

- Les ombres...?

Elle ramena son attention sur la rousse inanimée.

- Danaé... Tu m'entends?
avatar
Maelle
Admin

Messages : 75
Date d'inscription : 23/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://quatretemps.forumsgratuits.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Feux du solstice d'été, sur les traces du passé [Partie 3]

Message  Danae le Mer 26 Déc - 18:13

Elle aurait voulu hurler mais ses lèvres restaient désespérément soudées l'une à l'autre. Elle aurait voulu lever un bras pour signifier quelle était bien là, qu'elle entendait celle qu'elle aimait, mais son corps refusait obstinément de lui obéir. Elle était prisonnière d'une enveloppe inerte, et la douleur était là, pulsation brûlante sous sa crinière.
Il fallait qu'elle leur dise, il fallait qu'elle parle. Un gémissement pitoyable passa la barrière de ses lèvres, pâle expression de la souffrance qui la rongeait.

Son corps commençait à dégager une chaleur infernale, gagné par l'afflux de magie qui avait jusque là servi à maintenir le lien avec les morts. Le lien ayant été coupé de manière empirique, la magie non canalisée était tout droit retournée à celle qui l'avait libérée, l'assaillant de puissance. Les sceaux réapparurent sur la peau diaphane, rougeoyants cette fois, et dans son esprit la rouquine perçut soudain la présence malsaine des ombres. Elle se souvenait désormais de leur nom pour les enfants de Dana : Oshas.
Elle sentait déjà leurs mains immatérielles tenter de prendre prise sur son esprit et sa conscience d'elle-même, et elle lutta intérieurement pour les éloigner :


- Je brûle... je brûle...

Juste un murmure, lancé comme un appel au secours.

Dewenn s'agenouilla près de Maëlle, posant la main sur le front brûlant de l'enfant rousse.


- Pose tes mains sur son coeur, aide-la à nous trouver. Elles sont en train de l'attaquer pendant qu'elle se bat pour ne pas se consumer. Trop de magie... Il y en a trop pour un corps si jeune.

Une ride barrait le frond du vieil homme tandis qu'il cherchait dans son sac. Il en sortit une outre et versa un peu de son contenu sur le front rougeoyant. Elle s'évapora presque instantanément.
avatar
Danae
Admin

Messages : 118
Date d'inscription : 23/05/2012
Localisation : Dans la forêt des Quatre Temps...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Feux du solstice d'été, sur les traces du passé [Partie 3]

Message  Maelle le Jeu 27 Déc - 7:51

Le corps de son aimée chauffait de plus en plus. Après le froid glacial qui l'avait pénétrait tout au long de l'échange avec sa famille, c'était dorénavant le feu qui prenait le dessus, élément de la rouquine. Dewenn semblait inquiet et sans doute à juste titre. La brunette n'était pas parmi eux depuis assez longtemps pour maitriser ses maigres connaissances de la magie et être alors une aide efficace. Elle se contenta donc d'obéir au vieil homme au mieux. Elle posa donc ses mains au niveau du coeur de l jeune fille, l'appelant en silence dans sa tête, essayant de lui faire comprendre de rester avec eux et de ne pas céder aux ombres.
Tout en l'observant, elle pensait que si la magie avait été partagé, elle aurait peut-être pu l'apaiser avec son élément à elle, avec une brise qu'elle aurait pu rendre fraîche.


*Amour, s'il te plait... Reste avec moi, reste avec nous. Reviens nous et les ombres te laisseront...*

Elle sentait la chaleur qui s'amplifiait toujours plus, devenant à peine supportable pour les êtres humains qu'ils étaient, mais n'abandonnant pas pour autant.
avatar
Maelle
Admin

Messages : 75
Date d'inscription : 23/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://quatretemps.forumsgratuits.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Feux du solstice d'été, sur les traces du passé [Partie 3]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum