Pensées depuis une taverne.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pensées depuis une taverne.

Message  Merwyn le Lun 28 Mai - 1:13

Au chêne de Chabrière : une taverne dans le Limousin.

Après avoir viré le dernier ivrogne, fait la vaisselle et le ménage dans sa taverne Merwyn s'installe un instant devant la cheminée de son établissement.
Bien que ce soit là sa place préférée, cela fait un moment qu'elle n'y trouve plus le réconfort habituel.
Faute a la chaise a coté d'elle qui reste désespérément vide.
Son esprit vagabonde vers la personne qu'elle aime a y voir assise.
Celle dont l'absence lui fait ressentir ce vide et cette solitude qui étreint son cœur.
Manier la plume ne lui fait pas peur que ce soit a la caverne des poètes ou dans des courriers officiels mais pour les courriers de cœur...
Le fait d'écrire alors qu'elle aimerais le susurrer a son oreille, de décrire alors que c'est tellement plus doux de le faire...
Un bon moment elle reste là a ressasser ses pensées puis, n'y tenant plus, elle tire son écritoire de dessous le comptoir, en sort son matériel et laisse courir la pointe noircie sur le papier.

Ma beauté féline.

Il me semble une éternité que tu as repris la route.
Longues sont les soirées ou je n'entend ton doux rire, ou je ne vois la cascade de feu de ta chevelure flamboyante.
Je me languis de ta présence, du gout de miel de tes baisers et de la douceur de tes caresses.
Tu me manque tant.
Prend bien soins de toi et garde toi sur les chemins afin de revenir saine et sauve auprès de moi.
Il me tarde de pouvoir a nouveau te serrer dans mes bras, de sentir ta chaleur me réchauffer de ce froid ou ton absence me plonge.

Je t'aime mon amour et t'embrasse avec toute la passion que tu fait naitre en moi.
Ta panthère Merwyn


A peine couchés sur le parchemin ces mots lui semblent creux et vide de sens comparé aux sentiments qui l'animent.
Tirant un petit appeau de sa ceinture, elle appelle File-au-vent, son fidèle ramier, qui ne tarde pas a entrer par la fenêtre ouverte.
Le temps de fixer le message a sa patte et de lui nommer le destinataire et le courageux pigeon prend son envol.
Longtemps après son départ la bourganiaude fixe encore les flammes du feu en se remémorant les doux moments passés ensemble.

Merwyn

Messages : 1
Date d'inscription : 27/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pensées depuis une taverne.

Message  Danae le Mer 30 Mai - 17:54

[Thouars en Poitou - Dans un arbre quelconque, on ne les compte plus...]

Les jambes pendant dans le vide de part et d'autre d'une branche déjà haute dans un arbre, les fesses arrimées sur l'écorce, le dos appuyé contre le tronc et un bras négligemment glissé derrière sa tête rousse, Danaé contemplait au loin les feux du soleil couchant.

Perchée pour le sentiment de sécurité, pour se sentir hors d'atteinte et surtout bien au dessus des tracas du monde. Perchée aussi pour échapper à la férule de son tyran de grand-père. Bien qu'elle se soit assurée de n'être pas suivie, elle n'avait aucun doute quand au fait que Dewenn traînait dans les parages. Il disait rester sur ses talons pour la protéger de tout danger, dans lesquels elle semblait avoir le chic pour se fourrer, mais la rouquine le soupçonnait de vouloir la surveiller pour éviter tout nouveau dérapage magique intempestif.

Il était intransigeant, sévère et méprisant, semblant trouver le fait qu'elle ignore tout de la prêtrise de Dana comme une insulte personnelle. Il se faisait fort de lui inculquer son point de vue à coup de badine sur les doigts, lui bleuissant chaque jour un peu plus la peau et rendant difficile toute action requérant de se servir de ses mains.
Cela ne la décourageait pourtant pas de grimper dans les arbres, ni de s'opposer à lui chaque fois qu'elle estimait qu'il avait tort. La badine sifflait alors dans les airs et elle ne pouvait que se mordre la langue pour ne pas crier.
Son visage se plissa en une petite grimace rien qu'à l'évocation du châtiment.

Un bruit incongru attira soudain son attention, un chant familier. Flie-au-vent était perché juste à côté de sa tête. Elle fut extrêmement surprise de le voir là et lui flatta le gosier de son index, détachant la missive qu'il portait fièrement.
Des semaines sans nouvelles.... Ça non, elle ne s'attendait pas à trouver cet oiseau là dans les environs.

Elle parcouru le vélin, se mordillant la lèvre. La colère le disputait au soulagement, la contrariété à l'attendrissement. Elle s'était juré de réserver un accueil des plus froids à Merwyn lorsqu'elles se reverraient, furieuse qu'elle était du revirement de situation inattendu et brutal ainsi que du manque de nouvelles. Elle avait cessé d'écrire et s'était montrée sociable et enjouée avec tout le monde, faisant fi du manque qu'elle ressentait et qui peu à peu avait fini par s'atténuer, se liant à de nombreuses personnes, en laissant d'autres en route...

Et voilà qu'une lettre arrivait, qu'elle n'attendait plus. La rouquine fit une petite moue dubitative... Que faire ?
Elle sortit de son sac tout ce qu'il fallait pour répondre et se mit à la tâche, ce qui était loin d'être aisé en étant perchée sur une branche, mais elle s'y employa de son mieux :


Chère Merwyn,

Je dois avouer que ta lettre ma surprise, et même agréablement...
Je dois dire que je n'en attendais plus. Ici tout le monde va bien et nous voyageons toujours en petit groupe. J'ai laissé papa en Normandie et je n'ai plus de mère, mais je t'expliquerai ça le jour où nous nous reverrons, ça n'a pas sa place dans une lettre, c'est long, compliqué...
Nous sommes en Poitou ces jours-ci, bientôt en vue des frontières limousines. J'ai entendu dire qu'il devenait compliqué de les franchir, nous verrons bien si nous avons des difficultés.
Ne t'en fais pas je prends soin de moi, et d'autres le font même pour moi, une escorte des plus contrariante à vrai dire.
Bientôt face à face... J'avoue que je ne sais pas ou plus à quoi m'attendre. Tu me manques toi aussi, mais j'ai appris à m'y faire puisque tes responsabilités t'ont retenue loin de nous.

A bientôt.
Danaé

La rouquine se mordilla la lèvre. Elle aurait voulu être moins sèche, mais elle n'y parvenait pas. Elle avait été profondément blessée et ne parvenait pas à la cacher.

Elle renvoya le pigeon, chargé de sa nouvelle missive, en espérant qu'elle ne serait pas trop mal prise, puis resta encore un moment à regarder le soleil couchant.
avatar
Danae
Admin

Messages : 118
Date d'inscription : 23/05/2012
Localisation : Dans la forêt des Quatre Temps...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum