Les larmes ont la vertu d'ouvrir la voie du coeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les larmes ont la vertu d'ouvrir la voie du coeur

Message  Danae le Ven 19 Sep - 16:27

Des jours, des semaines, des mois que Danaé s'échinait à retrouver le chemin de chez elle. Et personne pour l'aider.

Elle sentait pourtant bien qu'elle était toute proche, son coeur se mettant à résonner lorsqu'elle arpentait les bois du coeur de la Bretagne. Elle passait même sans doute près de l'entrée régulièrement, sans pour autant trouver le moyen de percer son mystère. Le frustration la rendait taciturne. Elle qui était habituellement un vrai rayon de soleil, un concentré de bonne humeur et de pétillance, avait tendance ces derniers temps à sombrer dans un désespoir dont même Onyx ne parvenait pas à la tirer.

S'isolant de plus en plus, elle fuyait la compagnie de tous, et même de Maëlle, trop honteuse de ses échecs pour supporter le regard de la brune qu'elle avait entraîné là-dedans et qui subissait sans se plaindre...

C'était donc une énième journée de recherche qui se terminait. Danaé s'était assise sur un rocher, la tête entre les mains, celles-ci agrippées à sa crinière flamboyante et pour l'heure indisciplinée suite à de longs moments passés à musarder dans les buissons et les épineux. Sa peau pâle et délicate s'ornait de multiples griffures dont elle n'avait que faire et dont les picotements ne se faisaient qu'à peine sentir tant elle était centrée sur elle et sa nullité.
Elle ne s'aperçut même pas que la lumière déclinait rapidement et que la nuit prenait le pas sur le jour, oubliant jusqu'au fait qu'il fallait rentrer, sans quoi Maëlle s'inquièterait.

Onyx piaffa non loin d'elle, la tirant de sa torpeur. Elle releva la tête pour le chercher du regard, s'apercevant soudain de la pénombre qui les entourait :


- Qu'est-ce qui t'arrive mon grand ? Tu es nerveux ?
T'en fais pas va, il fait pas si noir... Et puis tu sais bien avec qui tu traînes, non ?


Le hurlement d'un loup se fit soudain entendre, tout proche, suivi par un autre, puis un autre, et répercuté en écho parce qui semblait être un groupe de cinq ou six individus. Une chair de poule incontrôlable hérissa la peau de la gamine plus si gamine que cela désormais et elle regarda vivement dans la direction d'où venaient les cris.

- Onyx... Tu vas vite rentrer prévenir Maëlle que je vais avoir un peu de retard. Galope sans t'arrêter, c'est un ordre !
Ne me regarde pas comme ça ! Ce ne sont que des loups, je sais communiquer avec eux comme avec toi, et puis tu sais très bien que j'apprends à maîtriser les éléments, ils ne me feront rien.


Elle lui claqua vivement l'arrière-train, pensant que le protéger en plus d'elle-même serait compliqué et qu'il valait mieux qu'il soit à l'abri :

- VA ! FILE !

Elle le regarda détaler, presque avec détachement, puis fit face à la direction d'où étaient venus les cris juste à temps pour voir un loup massif sortir de l'ombre, les prunelles luisantes et l'échine hérissée d'un animal cherchant à se faire menaçant. Un autre émergea des buissons, puis tout le groupe, cherchant à l'entourer pour barrer toute retraite. La rousse recula de quelques pas de façon à les empêcher de passer dans son dos, puis elle planta ses prunelles vertes dans celles du plus gros loup, l'ayant identifié comme l'alpha.

On ne communiquait pas avec les animaux comme on le faisait avec les humains, même par la pensée... Le dialogue ne se composait pas de mots, mais plutôt de sensations et d'impressions, visant à faire passer un message. La jeune fille fit comprendre en substance qu'elle n'était pas une menace et souhaitait juste pouvoir partir en paix, presque sûre de son effet. Mais la seule réponse émanant de l'esprit du gros loup fut une vague de haine féroce, accompagnée de cette impression : "FAIM !".

Les yeux verts s'écarquillèrent tout d'abord de surprise, puis la peur vint. Il y avait quelque chose d'inhabituel. D'ordinaire elle était capable d'apaiser n'importe quel animal, même un prédateur affamé. Cet animal ne démordait pas de son intention de la tuer.

Danaé mordit sa lèvre, se disant qu'elle allait devoir employer la magie pour contrôler les loups avant qu'ils ne la blessent. Elle se refuser à blesser ou tuer un animal et ne consommait jamais de viande, elle allait donc devoir se montrer adroite, tout en se contrôlant suffisamment pour garder le contrôle d'elle-même.
Monopolisant toute sa concentration, elle se centra sur son propre corps pour y amasser l'énergie suffisante et puiser la puissance dont elle avait besoin... sans succès.

La panique gagna la rousse : elle ne sentait plus ce foyer en elle, symbole de son pouvoir. Il avait simplement disparu. Les loups se mirent à gronder puis à avancer lentement sur elle. Elle déglutit.


[A toi ma belle. ^^ Ne fais pas arriver Maëlle sur les lieux tout de suite, ou alors ne la fais pas intervenir encore, il faudra que je reposte une fois avant qu'elle puisse agir sur les loups. Smile]


Dernière édition par Danae le Mer 24 Sep - 14:30, édité 2 fois

_________________
Là où tu es, je suis...
avatar
Danae
Admin

Messages : 118
Date d'inscription : 23/05/2012
Localisation : Dans la forêt des Quatre Temps...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les larmes ont la vertu d'ouvrir la voie du coeur

Message  Maelle le Sam 20 Sep - 17:50

Maelle se trouvait dans la chambre qu'elles louaient à l'auberge. Elles se trouvaient toujours en Bretagne, à la recherche du passé de la flamboyante. Elles n'avaient pas trouvé grand chose, cependant Maelle ne s'impatientait pas. Elle savait que ce genre de quête pouvait durer, et elle aimait voyager.
Un linge à la main, elle alla regarder par la fenêtre, songeuse. Elle s'inquiétait pour Danaé qu'elle trouvait de plus en plus distante ces derniers temps. Cette dernière était partie depuis le matin et elle n'avait aucune nouvelle.
Alors que la brune allait se détourner de l'ouverture, un nuage de poussière, attira son regard. Lorsqu'il se dissipa, elle reconnut Onyx, et fronça les sourcils, un peu plus inquiète. Onyx ne rentrait pas sans sa maîtresse, ou alors y avait une bonne raison. Abandonnant son linge sur le lit, elle dévala les escaliers, pieds nus, à peine vêtue d'une longue robe de lin rouille.


- Onyx... Où est Danaé?

Inquiète qu'elle était, elle n'arrivait pas à se concentrer sur ce qu'il pouvait transmettre. Ce dernier piaffa, visiblement impatient. D'un geste de la tête, il ébroua sa crinière, visiblement pas content qu'elle ne l'écoute pas.
De la main, elle caressa son museau, espérant le calmer, et espérant aussi calmer son inquiétude, afin de parvenir à communiquer avec lui. Si elle s'était bien améliorée ce n'était pas innée comme pour sa moitié. Gardant le contact physique avec l'animal, elle ferma les yeux, s'obligeant à respirer doucement, et à concentrer son pouvoir. Crispée, elle sentait qu'elle perdait du temps, et Onyx ne l'aidait pas. Rouvrant les yeux, elle s'écria:


- Oh! Doucement! Je n'y arrive pas là...

Refermant les yeux, elle parvient à rassembler assez d'énergie pour comprendre l'essentiel, ou du moins des impressions fugitives. Danaé... Seule... La forêt... Inquiétude...
Sans plus attendre, Maelle se cramponna à l'encolure de l'animal et se hissa sur son dos à cru.


- Guide moi, emmène moi à elle. Vite!

Elle se coucha sur lui, pour offrir moins de prises au vent et se cramponna à sa crinière.

_________________
avatar
Maelle
Admin

Messages : 75
Date d'inscription : 23/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://quatretemps.forumsgratuits.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les larmes ont la vertu d'ouvrir la voie du coeur

Message  Danae le Mer 24 Sep - 15:17



La journée avait été semblable à toutes les autres pour l'étalon gris. Un peu morne et passée à fourrager dans le sous-bois en compagnie de la bipède à crinière de feu qu'il s'était pris à considérer comme un élément relativement intelligent de cette curieuse race incapable de courir aussi vite que lui. Il fallait dire qu'avec deux pattes de moins, les pauvres étaient sacrément handicapés. Lents, patauds, sans grâce...

La crinière rousse était différente : plus aérienne, plus agile, et avec un caractère digne de celui d'Onyx. La malice les unissait aussi sûrement que d'autres liens, telle que cette compréhension mutuelle presque immédiate.
Il se prêtait donc de bonne grâce à ce qu'il estimait être un jeu de cache-cache. On passait dans des buissons, on effleurait des troncs, on escaladait, on tournait trois fois au même endroit... Il ne comprenait pas le pourquoi, mais sentait l'importance que cela pouvait avoir, la jeune rousse lui ayant fait comprendre qu'elle cherchait à retrouver son étable à elle.

Le noir qui succède au jour et à la chaleur commençait à se faire insistant, le rendant nerveux. Un coup d'oeil à son amie, prostrée sur son rocher, un coup d'oeil vers les fourrés en direction de la ville. Quand est-ce qu'on rentre, dis ? Moi j'ai faim, t'as oublié d'emmener des pommes en plus, et y'a l'autre crinière noire qui va encore s'inquiéter, à chaque fois elle cherche à savoir où on est allés et me demande si toi ça va...

Quelque chose, une présence, fit frissonner son échine : danger. Il piaffa pour avertir Danaé, presque outré qu'elle en soit rendue au point de ne même pas sentir elle-même ce genre de chose. Où allait le monde s'il était obligé de faire tout le travail de surveillance. Son arrogance naturelle n'était un secret pour personne, mais en cet instant, il la mit en sourdine, réellement préoccupé.

La rouquine releva la tête pour le regarder, le regard torve. Elle faisait vraiment pitié à l'équidé, il aurait eu envie de l'entraîner dans une course folle pour lui rendre le sourire, même juste un instant... Le cri d'un loup se fit entendre, puis d'autres, les mettant tous deux sur le qui-vive.
Elle se mit à lui dire quoi faire : non mais et puis quoi encore ? Comment ça tu vas rester là ? Tu es folle ? Insensée ? Peut-être les deux ? Monte tout de suite sur mon dos, on part d'ici !
Elle lui claqua l'arrière train, entraînant le réflexe de course et il détala à toutes pattes, la maudissant tout de même un peu et faisant au plus vite pour regagner la ville et trouver Maëlle.

Une fois arrivé à destination, il cherchait un moyen d'attirer l'attention de la brune quand celle-ci apparut d'elle-même sur le seuil de la bâtisse dans laquelle elle passait les nuits avec la rousse. Il la laissa s'approcher et poser les mains sur son museau, le contact entre eux s'établissant plus facilement de cette manière puis il tenta de lui faire comprendre le danger à toute allure : dépêche toi ! Danger ! La crinière rousse dans la forêt...

Il fut interrompu par la brune qui ne semblait pas comprendre grande chose et secoua sa crinière d'agacement avant de recommencer : danger ! DANGER ! Rousse ! Forêt, toute seule ! Grosses bêtes avec des crocs !

Elle parut enfin saisir l'état critique de la situation et se hissa sur son dos avec plus de facilité qu'auparavant. En temps normal il aurait joué les offusqués quelques minutes, mais il était urgent de partir, aussi fila-il aussi vite que possible vers le lieu où résidait la peur.


_________________
Là où tu es, je suis...
avatar
Danae
Admin

Messages : 118
Date d'inscription : 23/05/2012
Localisation : Dans la forêt des Quatre Temps...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les larmes ont la vertu d'ouvrir la voie du coeur

Message  Danae le Mer 24 Sep - 16:18

Les loups resserraient lentement leur cercle autour de Danaé, terrifiée de ne plus sentir la chaleur rassurante de son don au creux de son ventre. Il y a avait comme un vide, une impossibilité. Démunie, elle se rendit compte qu'elle s'était habituée à pouvoir compter sur ses pouvoirs, pêchant par excès de confiance. Elle avait renvoyé Onyx et se retrouvait maintenant seule face à une meute de prédateurs impossibles à raisonner. Ses jambes se mirent à trembler et ses yeux cherchèrent un moyen de fuite quelconque.

Si elle pouvait atteindre un arbre, elle parviendrait très certainement à se mettre à l'abri, ses capacités d'escalade sylvestre n'étant plus à démontrer. Elle était agile et véloce, passait sa vie dans les frondaisons, qui étaient pour ainsi dire sa deuxième maison. Oui, le salut était dans les arbres. Mais tout le problème résidait dans le fait de réussir à en atteindre un sans se faire déchiqueter avant.

Il faudrait courir vite. Une fois encore, elle tenta d'entrer en contact avec l'alpha, tâchant de réfréner sa peur pour ne pas le rendre encore plus agressive :

Je ne suis pas ton ennemie, laisse-moi m'en aller...

Le loup parut saisir ce qu'elle disait mais ne semblait pas vouloir en tenir compte. Elle sentit qu'il intimait silencieusement aux autres de rester où ils étaient et de lui couper toute retraite. Cet animal n'avait pas un comportement normal, Danaé en était maintenant sûre... Les ombres pouvaient-elles aller jusqu'à influencer les animaux pour l'atteindre ? Elle n'en avait aucune idée et n'avait pas vu son irascible grand-père depuis des jours : le seul qui aurait pu l'éclairer sur le sujet, le dernier dépositaire de la mémoire intacte du peuple de Dana.

Elle tenta d'instiller la peur dans l'esprit de la bête, et il sembla s'en amuser, nullement impressionné par les flammes qu'elle prétendait être capable de générer. Et de fait, en temps normal elle aurait pu déchaîner les éléments selon sa volonté, avec une part de risque non négligeable de perdre le contrôle d'elle-même, cependant, pour l'heure, elle se trouvait aussi démunie que n'importe quelle jeune fille de 17 ans face à une meute de loups agressifs.

L'alpha s'abaissa sur ses pattes antérieures, manifestant ainsi son intention de lui bondir dessus. Danaé réagit avec la promptitude qu'on lui connaissait et banda ses muscles pour esquiver en se projetant sur le côté. Elle se réceptionna en roulant, arrivant un peu trop près d'une autre bête qui claqua des mâchoires à quelques centimètres de sa botte. Elle recula aussitôt, se recroquevillant sur elle-même et eut à peine le temps de rouler de l'autre côté pour esquiver un nouvel assaut du plus gros.

Elle réagit malheureusement une fraction de seconde trop tard et les dents du molosse eurent le temps d'entamer son épaule avant qu'ils ne roulent chacun de leur côté, lui arrachant un cri de douleur étranglé.

Un coup d'oeil vers sa blessure la fit pâlir : l'odeur du sang ne tarderait pas à rendre les loups complètement fous. Monopolisant ce qui lui restait de force et de courage, elle bondit sur ses pieds et se mit à courir aussi vite qu'elle le pouvait en direction d'un arbre avec une première branche à 2 mètres du sol situé à environ 5 mètres de là, talonnée par la meute rendue enragée.
Arrivée  presque sous son espoir de salut, elle se propulsa en l'air, bras levés, puis s'accrocha à la branche, réprimant une grimace devant la vague de douleur émanant de son épaule martyrisée. Elle profita de l'élan de sa course pour créer un mouvement de balancier, enroulant souplement ses jambes puis sa taille autour de son appui puis prenant appui des deux bras pour enjamber totalement la branche et s'y asseoir.

Une fois perchée, elle appuya son dos contre le tronc et laissa des larmes de peur et de soulagement mêlés s'écouler sur ses joues, tandis que du sang s'écoulait de son bras jusque sur le sol où le groupe de loups grondait et se battait, attendant qu'elle se décide à redescendre.


Dernière édition par Danae le Lun 29 Sep - 15:34, édité 1 fois

_________________
Là où tu es, je suis...
avatar
Danae
Admin

Messages : 118
Date d'inscription : 23/05/2012
Localisation : Dans la forêt des Quatre Temps...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les larmes ont la vertu d'ouvrir la voie du coeur

Message  Maelle le Mer 24 Sep - 19:05

La brune filait comme le vent grâce à Onyx. Sans lui, elle ne serait jamais arrivée à temps. L'animal ne se préoccupait pas tellement de savoir si la brune se tenait bien en "selle" ni de faire attention aux branches qui sifflaient au dessus de leurs têtes. Impuissante, Maelle, resta donc couchée contre lui, serrant les dents, les fesses, les jambes... Elle essayait dans le même temps de faire le vide en elle, essayant de communiquer avec celle qui comptait dorénavant bien plus que sa propre vie. Elle ne comprenait pas pourquoi Danaé ne communiquait pas directement avec elle, comme elle le faisait parfois.
Soit elle s'était bien trop éloignée, et son pouvoir montrait ainsi ses limites, soit ,et là la brune sentit l'inquiétude la gagner un peu plus, la rousse était blessée dans un coin, incapable de se servir de son pouvoir. Elle chuchota pour l'animal:


- File Onyx...

Elle ferma les yeux, confiante en l'animal, essayant de canaliser son pouvoir, se préparant éventuellement à intervenir. Elle était contente d'avoir passé autant de temps à s'entrainer ces derniers temps, si cela pouvait porter ses fruits.
Sentant Onyx ralentir brusquement, elle rouvrit les yeux, balayant l'espace autour d'elle, se redressant prudemment.


- Danaé?

Elle avisa alors les loups, et ses yeux s'agrandirent de peur.

- Onyx! Où se trouve Danaé? Plus loin?

Il fallait se débarrasser des loups. Ces derniers, sentant la présence de l'humaine et de l'animal, commencèrent à se détourner de l'arbre pour se tourner vers eux. Levant les yeux, elle aperçut alors sa rousse. Elle n'avait que peu de temps pour réagir.
Sans prendre le temps de vraiment réfléchir, les doigts toujours entremêlés dans la crinière du cheval, elle fixa le l'un des loup qui se précipitait, se préparant à bondir. Semblant surgir de nul part, une puissante bourrasque frappa le loup de plein fouet, l'envoyant promener contre ceux qui le suivait de près.
Se laissant glisser au sol, la brune, écarta légèrement les jambes, prenant un solide appui au sol, dégainant sa dague, maigre protection face aux crocs aiguisés.
Son autre main balaya les airs, renvoyant un nouveau souffle. Soudainement, elle sentit comme un coup de fatigue. Pour l'instant, elle n'en avait pas souvent fait les frais, et ne savait donc pas vraiment quels en seraient les impacts.

Les loups durent ressentir son instant de faiblesse, car ils se remirent approcher, l'encerclant, grondant en montrant leurs crocs.


- Onyx... Protège toi...

Ses yeux se levèrent de nouveau vers Danaé, brièvement, inquiète. Pourquoi elle ne réagissait pas...? Un claquement de dents, tout proche, la rappela à l'ordre. Elle fendit l'air avec sa dague, tentant de les empêcher d'approcher.
Brusquement, elle se retrouva au sol, le souffle coupé, sentant de longues griffes s'enfoncer dans son dos. Laissant échapper un cri de douleur, la peur sembla lui donner des ailes, et le cri qu'elle poussa alors ressemblait plus à un cri de rage. Elle sentit l'animal voler dans son dos et s'écraser plus loin contre un arbre. Un couinement et plus rien. Elle se redressa, échevelée, en colère, les yeux luisant de rage.

_________________
avatar
Maelle
Admin

Messages : 75
Date d'inscription : 23/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://quatretemps.forumsgratuits.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les larmes ont la vertu d'ouvrir la voie du coeur

Message  Danae le Dim 2 Nov - 16:10

Danaé réfléchissait aux différentes possibilités qui s’offraient à elle, et force lui fut de constater que le panel était bien maigre. Peu de chances de se sortir de ce mauvais pas toute seule si son pouvoir refusait de lui répondre : elle était proprement coincée et commençait réellement à regretter sa trop grande confiance en elle. Elle avait renvoyé Onyx… Il n’aurait sans doute pas pu combattre comme elle, mais il aurait pu l’aider, ruer et fuir. Après tout, la rouquine n’avait à ce jour croisé aucun cheval pouvant rivaliser avec l’étalon en matière de vitesse et d’endurance, il était tout à fait stupéfiant.

Les loups sous sa branche continuaient à grogner et à se battre, semblant se disputer le droit de sauter dans sa direction pour tenter de l’atteindre. L’odeur du sang les rendait fous, elle les voyait tourner et renifler la petite flaque qui se formait au sol.
Elle tourna la tête vers son épaule pour tenter d’évaluer les dégâts. En temps normal elle ne se serait pas préoccupée de connaître la gravité de sa blessure, se contentant de se guérir à l’aide de la magie. Tant qu’elle n’était pas trop faible pour le faire, ou qu’on ne touchait pas à la marque sur sa nuque, qui semblait jouer un rôle dans la dispersion de son don, elle pouvait réparer toute blessure infligée à son corps, pour peu qu’elle ne soit pas de son propre fait. Elle pouvait également appliquer ce traitement à n’importe qui d’autre mais s’en gardait généralement bien. On aurait eu tôt fait de l’accuser de sorcellerie et de la conduire sur un bûcher. La rouquine était affiliée par nature à l’élément du feu, mais elle n’avait jamais poussé ses expériences jusqu’à se plonger entièrement dans des flammes pour voir ce qu’il en résulterait, et pour l’heure elle pensait à tout sauf à cela.

Une petite grimace de douleur se peignit sur son visage tandis qu’elle écartait  les pans de sa chemise déchirée pour mettre à jour la morsure. La sale bête avait planté ses crocs profondément, mais il ne semblait pas y avoir de dégâts majeurs : elle pouvait toujours bouger les doigts. Le sang ne coulait pas avec abondance, signe qu’elle ne se viderait pas en quelques minutes sans espoir de pouvoir se tirer du mauvais pas dans lequel elle semblait fourrée. Bouger le bras en revanche lui arracha un grognement de souffrance et elle y renonça bien vite, se disant que sa petite gymnastique pour atteindre son perchoir avait sans doute poussé son membre dans ses derniers retranchements pour le moment.

Un nouveau regard vers le bas lui fit se dire que grimper peut être une branche plus haut ne serait pas inutile. Elle ne savait pas vraiment à quelle hauteur un loup était capable de bondir, mais elle n’avait pas envie de tenter le diable et de se voir arracher un pied par manque de prudence. Jusqu’à preuve du contraire, elle n’avait encore jamais fait repousser un membre amputé. Mais elle n’avait jamais essayé… et n’avait pas vraiment envie de devoir le tenter sur sa personne dans les instants à venir.

Serrant son bras gauche contre son flanc, elle appuya le dos contre le tronc de l’arbre pour se redresser lentement, en équilibre sur la branche. C’était un jeu d’enfant pour la jeune femme, la branche était grosse et ne bougeait pas sous son poids de plume. La situation lui arracha un petit rictus ironique : ce n’était pas la première fois en quelques années que son épaule gauche se retrouvait dans un état plus que préoccupant. Maëlle ne manquerait sans doute pas de relever elle aussi le « comique » de la situation… si toutefois elle la revoyait un jour.
Cette pensée amena des larmes dans les yeux de la rousse. Elle avait tant lutté pour pouvoir rester aux côtés de la brune… L’idée que les choses puissent se finir de cette façon lui était insupportable. Elle essuya ses yeux d’un geste rageur, déterminée à sauver sa peau et trouver une solution. S’aidant des jambes et de son bras valide, elle se hissa sur une branche un peu plus haute en prenant appui sur d’autres trop petites pour qu’elle puisse y trouver refuge, puis elle s’assit, soulagée de voir le désappointement du gros loup lorsqu’elle baissa à nouveau les yeux sur la meute.

Une fois à l’abri et assise dans une position un peu plus confortable, elle ferma les yeux et se concentra pour tenter de capter la présence de Maëlle. La marque qu’elle avait infligée à celle-ci rendait leur lien plus fort et perceptible pour Danaé, facilitant de ce fait sa localisation et le transmission de ses pensées vers elle. Mais elle eu beau chercher, elle ne se heurta qu’au vide. La panique la gagna à nouveau. Elle avait appris à composer avec ce don qui au départ lui faisait peur. Il faisait désormais partie intégrante d’elle, et son absence lui donnait l’impression d’être amputée d’une part d’elle-même. La douleur vrillait son épaule gauche, les loups grognaient, et elle était toute seule.

Elle était en train de céder au désespoir et à la peur quand elle entendit un bruit de cavalcade. Quelqu’un sur un cheval arrivait dans sa direction. Elle fut tentée d’appeler à l’aide, mais savait d’expérience qu’il valait mieux se méfier des gens que l’on croisait la nuit en forêt, aussi préféra-t-elle attendre de savoir réellement si la personne arrivant ne serait pas un danger supplémentaire à gérer.
Sa gorge s’asséchait et elle se rendit compte qu’elle aurait de toute façon du mal à crier, ou à parler, la faiblesse la gagnant peu à peu.

Plissant les yeux, elle tenta de voir ce qui se passait à travers les feuilles clairsemées. La voix de Maëlle l’appela soudain, et elle voulu répondre, lui crier de faire attention, mais les mots restèrent bloqués dans sa gorge, ne laissant filtrer qu’un croassement rauque.

Elle vit un loup voler au milieu de ses congénères et écarquilla les yeux de surprise… Depuis quand Maëlle maitrisait-elle suffisamment son élément pour s’en servir de cette manière ? Jusqu’ici les tentatives avaient plutôt été difficiles et les succès modestes, bien que réguliers…

La brune descendit de cheval et se campa face aux bêtes. Danaé était terrifiée de devoir assister à la scène sans pouvoir rien faire… D’ordinaire c’était elle qui usait du don, pas toujours à bon escient, mais elle était au moins active. Elle déglutit de voir celle qui aujourd’hui était tout ce qui lui importait, seule face à une meute enragée.
De son côté, Onyx ruait et se cabrait face à un loup voulant lui croquer l’arrière-train. La situation aurait pu faire rire la rouquine si elle n’avait pas été aussi terrifiante. Voir l’étalon si fier danser sur deux pattes et se soustraire aux dents acérés, oh, elle aurait pu se moquer de lui des semaines durant… mais il était si brave… et il tenait la bête en respect, l’envoyant même proprement valser d’une ruade bien sentie.

Puis il s’approcha de son arbre et Danaé se dit qu’il fallait descendre, faire quelque chose, aider, d’une manière ou d’une autre. Elle se laissa glisser sur son premier abri et reprit son souffle. Un peu plus loin Maëlle faisait à nouveau surgir un nouveau souffle d’air, qui balaya la clairière, avant de tanguer un peu sur ses jambes. La rousse serra fortement les doigts sur sa branche, consciente que Maëlle connaissait peu les effets de fatigue que pouvait provoquer l’usage de la magie. Danaé n’osait imaginer ce que cela pouvait être pour une novice, sachant pertinemment à quel point elle pouvait se retrouver elle-même épuisée parfois…

Un loup sauta sur le dos de Maëlle et Danaé put laisser échapper un cri de terreur qui lui brûla la gorge. Mais le son fut couvert par un hurlement bien plus fort et puissant ou se mêlaient souffrance et colère : la brune ne se laissait pas abattre, preuve en fut le couinement qui retentit ensuite. Un sentiment incongru de fierté inonda la rousse : celle qu’elle aimait était courageuse et elle avait progressé en cachette, loin de son regard.
Elle s’en voulut soudain d’avoir passé tant de temps à l’éviter et à déprimer dans son coin. Maëlle pouvait l’aider, elle était forte et n’avait pas besoin qu’on la préserve… Elle se tenait même actuellement debout au milieu de la clairière, éméchée, essoufflée, mais enragée, face à trois loups qui reculaient, aplatissant les oreilles, effrayés devant une simple humaine dont la rage suffisait à les tenir en respect.

Danaé perçut la pensée de l’alpha : il était en lutte contre quelque chose. Son instinct le poussait à fuir, tandis qu’une autre volonté lui intimait d’attaquer. Soudain, l’autre présence s’évanouit et le loup redevint une simple bête, apeurée. Dans un glapissement il tourna les talons et détala en direction de l’abri des arbres, ses deux congénères le suivant de près.

Un soupir de soulagement filtra des lèvres de Danaé et de nouvelles larmes, de soulagement cette fois, coulèrent sur ses joues. La tension nerveuse se relâchant, elle sentit ses forces décliner et glissa de sa branche… jusque que le dos d’Onyx qui s’était placé en dessous.

Là, elle enfouit le visage dans la crinière noire, haletante, avant de tendre la main vers Maëlle.


- Alassae…

_________________
Là où tu es, je suis...
avatar
Danae
Admin

Messages : 118
Date d'inscription : 23/05/2012
Localisation : Dans la forêt des Quatre Temps...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les larmes ont la vertu d'ouvrir la voie du coeur

Message  Maelle le Mer 25 Fév - 19:29

Tout s'était passé à une vitesse affolante. Les loups menaient un combat qu'ils semblaient certains de gagner et la brune commençait à sentir le souffle lui manquer, la blessure dans son dos la brûler. Pourtant, elle tenait bon, prête à balancer une nouvelle lame invisible pour neutraliser les fauves. Mais ceux-ci brusquement arrêtèrent le combat et fuir. Echevelée, épuisée, le souffle court, Maelle chercha Danaé du regard. Ce n'était pas parce que les animaux étaient partis, qu'elles étaient sauvées.

- Danaé! Où es-tu!?

La voyant s'écrouler sur Onyx de la branche où elle se trouvait un peu plus tôt, elle se précipita et prit sa main.

- Tu es blessée, il faut rentrer, il faut qu'on te soigne.

Ses mains, effleurèrent sa douce de partout, à la recherche des blessures que les loups avaient pu lui causer. Rassurée de la savoir saine et sauve, elle relâcha un peu de tension, mais se concentra le plus possible pour tenter de soigner sa blessure à sa jambe, au moins arrêter les saignements. Elle sentait que l'afflux de magie ne l'avait pas quitté, encore aux aguets. Elle fit doucement passer l'afflux d'elle à sa rousse et parvint tout juste à stopper l'hémorragie. Subitement, elle sentit la tension et la peur la quitter, ses jambes la soutenant avec peine. Elle fit un dernier effort pour se hisser sur le dos d'Onyx avant de murmurer:

- Ramène nous...

Maelle passa ses bras péniblement autour de sa douce, et se laissa aller contre elle.

_________________
avatar
Maelle
Admin

Messages : 75
Date d'inscription : 23/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://quatretemps.forumsgratuits.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les larmes ont la vertu d'ouvrir la voie du coeur

Message  Danae le Sam 21 Mar - 22:07

Sentant Maëlle près d'elle, Danaé laissa un sanglot s'échapper de ses lèvres, trop apeurée pour pouvoir dire un mot. Le vide créé par son don était douloureux, une souffrance vive, une absence cruelle.

Les mains de la brune parcoururent son corps, cherchant où elle était blessée. Le contact la réconforta, elle y puisa un peu d'énergie qu'elle fit irradier dans son organisme tandis qu'elle sentait Maëlle agir sur son épaule pour réduire l'écoulement de sang. Un vague coup d'oeil lui apprit que rien de grave n'était touché, elle n'était pas en train de se vider de son sang, bien que la manche de sa chemise en soit trempée, ainsi que sa main qui était nappée d'écarlate. Un froncement du nez parsemé de tâches de rousseur : la jeune fille n'aimait pas le sang... Cela devait presque phobique quand il s'agissait du sang d'une autre personne, le sien ne faisant que l'écoeurer.

Maëlle se hissa derrière elle et enjoignit Onyx de les ramener en ville. La jeune rousse se laissa aller contre son amour, callant sa nuque sur l'une de ses épaules et fermant à demi les yeux, soulagée de penser qu'elles seraient bientôt à l'abri entre quatre murs et près d'un feu. Il était drôle de penser que Danaé avait hâte de se retrouver coincée dans une pièce, elle qui était amoureuse des grands espaces et aurait pu passer sa vie et ses nuits dehors si Maëlle ne l'avait pas incitée à être raisonnable.

Tandis que le cheval passait au pas non loin de l'arbre lui ayant servit de refuge, quelque chose attira son regard. Une sorte de scintillement, comme une brume quand la chaleur émanant du sol est trop forte l'été, créant cette impression de mouvance brillante trompant les sens.

Danaé se redressa, les yeux cette fois grands ouverts.


- Maëlle, tu as vu ça ?

Un regard en arrière sur sa douce la lui montra passablement épuisée, lui faisant comprendre qu'elle était dans un état à peu près équivalent au sien. Se mordillant la lèvre, elle passa les doigts sur la joue pâle de la brunette en un geste tendre, avant d'être traversée d'un éclair de lucidité.

A peine quelques minutes plus tôt, elle s'était nourrie de l'énergie de Maëlle, ce qui voulait dire que son don ne l'avait pas quittée...
Mais comment expliquer qu'elle ne puisse alors pas y accéder ? Pourquoi ne le sentait-elle pas, comme d'habitude, tel un brasier au niveau de son coeur et irradiant dans le reste de son corps en suivant sa volonté ?

Les sourcils roux se froncèrent et elle dirigea Onyx vers l'arbre pour tenter de comprendre ce qu'elle avait vu.

Se laissant glisser à bas du cheval, elle s'approcha de l'endroit qui lui paraissait étrange, et elle constata qu'il se trouvait juste au dessus d'une flaque de son sang. Elle y passa le bout des doigts de sa main propre, ressentant un picotement chaleureux et comme un appel.

Un murmure s'échappa de sa bouche :


- C'est ici... Je... je me souviens, je les ai vues faire...

De sa main ensanglantée, elle essuya ses yeux pour y recueillir des larmes, les mélangeant au rouge barbouillant sa peau. Puis elle appliqua sa paume sur le tronc de l'arbre en prononçant des paroles dans la langue de son peuple :

- Tyr velyae.*

Retirant sa main, elle laissa une trace scintillante sur l'écorce, comme argentée.
Puis dressant l'index et le majeur au dessus de la brume, elle traça un arc de cercle dans l'air, dessinant une arche du même aspect scintillant, suspendue dans le vide :


- Ao, Eilathèn, Dana éleva danainys kaowyla...**

Elle joignit ensuite ses deux paumes et baissa le menton, yeux fermés en signe d'humilité face à son arche et prononça les deux derniers mots :

- Radashae eluaden !***

Une puissante vague d'énergie jaillit de la poitrine de la frêle rouquine, faisant surgir un vent puissant, balayant ses long cheveux et faisant voleter les feuilles et ses vêtements autour d'elle tandis qu'une vive lumière apparut sous l'arche.
Puis le calme revint, le vent s'apaisa et les mains de Danaé s'écartèrent de part et d'autre de son corps tandis qu'elle contemplait sa réussite : désormais, à travers l'arche, on pouvait distinguer une clairière, des colonnes, des bâtiments semblant abandonnés depuis déjà quelques années, le lierre ayant envahit les façades.


- J'ai trouvé Maëlle...

Les larmes sur ses joues avaient séché, laissant des sillons de rouge barbouillés sur ses joues.

- C'était le sang et les larmes... C'est ça la clé.

Un applaudissement moqueur retentit depuis les branches d'un arbre proche, puis Dewenn s'en laissa tomber aussi souplement que s'il avait eu vingt an. Un rictus cynique éclaira son visage tavelé :

- Voilà qui n'est pas trop tôt, enfant...

_________________________________

*Larmes de sang.
**Moi, Eilathèn, proclame à Dana qu'elle est une enfant de Dana...
***Libère le passage !

_________________
Là où tu es, je suis...
avatar
Danae
Admin

Messages : 118
Date d'inscription : 23/05/2012
Localisation : Dans la forêt des Quatre Temps...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les larmes ont la vertu d'ouvrir la voie du coeur

Message  Maelle le Ven 17 Avr - 9:46

L'une contre l'autre, Onyx se mit à avancer, les portant sur son dos. Il allait doucement, comme sentant qu'il fallait transporter son colis, comme un objet des plus fragile. La brune sentit la rousse se redresser brusquement, comme empli d'une énergie nouvelle, mais elle-même était bien trop épuisée pour en faire de même et n'eut pas le temps d'apercevoir le fameux scintillement. Elle secoua lentement la tête.

- Non.. Je.. n'ai rien vu.

Lorsque Danaé glissa à terre, elle se retient à la selle et la regarda faire, un peu intriguée, mais incapable de réfléchir
.

- Que fais tu...? Qu'est-ce que..?

Ses sourcils se froncèrent imperceptiblement, puis regarda l'ouverture, surprise et en même temps heureuse, comprenant que l'objet de leurs recherches était enfin là.. sous leurs yeux. Elle sursauta en voyant Dewenn tomber au sol devant elles. Elle sentit une sorte de colère indescriptible monter en elle contre lui. Elle ne savait plus s'il aurait été capable de laisser mourir sa petite fille ou s'il aurait finit par intervenir. Elle ne pensait même plus à elle. Elle n'avait qu'une envie.. le gifler...

_________________
avatar
Maelle
Admin

Messages : 75
Date d'inscription : 23/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://quatretemps.forumsgratuits.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les larmes ont la vertu d'ouvrir la voie du coeur

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum